Forum de discussion - Livre d'Urantia
Le Grand Mystère - Version imprimable

+- Forum de discussion - Livre d'Urantia (http://forum.urantia.fr)
+-- Forum : Le livre d'urantia (http://forum.urantia.fr/forumdisplay.php?fid=3)
+--- Forum : Les cinq révélations du livre d'Urantia (http://forum.urantia.fr/forumdisplay.php?fid=10)
+--- Sujet : Le Grand Mystère (/showthread.php?tid=41)



Le Grand Mystère - Lecoeur - 27/10/2020

Un Livre, 2097 pages, cinq révélations, et…
Un mystère toujours aussi grand.



Chers amis bonsoir,


(21/05/2020, 12:02)Dominique a écrit : Quel est le sens de notre vie ? […] nous pouvons être tentés de croire que nous avons trouvé LA réponse définitive après avoir découvert les Fascicules, ou plus simplement la FOI, comme clé unique de notre réalisation.


Pour un croyant, poser la question du sens de la vie, revient à s'interroger sur le but de la création.

Le Livre d'Urantia raconte, de fait, beaucoup de choses sur ce qui nous attend. Et sur Celui qui nous attend. Patiemment.

Mais quel est l'objectif de tout cela ?
C'est à dire, pour un "urantien" : quel est le dessein de Dieu ?

De nombreux passage du L.U. évoquent le plan divin, dont celui-ci, qui semble présenter un bon résumé :


Citation :2:2.5 «tout l’agencement des existences vivantes sur les mondes de l’espace est centré sur le dessein divin d’élever toutes les créatures douées de volonté jusqu’à une haute destinée, l’expérience de partager la perfection paradisiaque du Père.»


On ne saurait être opposé à ce projet.
La perfection paradisiaque…
D'accord.

Mais en fait… Pour quoi faire ?

On nous dit du Père Universel que « son plan divin et son dessein éternel embrassent et comprennent effectivement toutes les expériences et aventures de tous ses subordonnés dans tous les mondes, systèmes et constellations de chaque univers de ses vastes domaines » (2:1.4).

Et que, pour ce faire, « Il ne cesse jamais de s’effuser sur toutes les créatures conscientes d’elles-mêmes dans le vaste univers des univers » (2:2.5).

Donc, pour dire les choses simplement : le dessein de l'Unique, du dieu Créateur, est d'exister à travers l'infini diversité de ses créatures.

D'accord, mais…

Pour quoi faire ?



[Image: M-ditation.gif]




Beaucoup de choses, apparemment, puisque « ce plan est un dessein éternel d’occasions sans bornes, de progrès illimité et de vie sans fin » (32:5.7).

Voilà un programme qui semble tout avoir pour recueillir notre assentimment.
Une infinité d'expériences, dans un renouvellement éternel…
Que demander de plus ?

Et pourtant, beaucoup ne semblent pas satisfaits de cette réponse.
Et pas n'importe qui.

Que l'homme, vile engeance, être de peu de foi, faillible et inconstant, doute et s'interroge en permanence, d'accord.

Mais les personnalités les plus éminentes des univers sont elles-mêmes dans la perplexité :


Citation :4:0.1 «À l’exception des Déités du Paradis et de leurs associés les plus élevés, il est douteux que quelqu’un en sache vraiment beaucoup sur le dessein éternel de Dieu. Même les citoyens haut placés du Paradis ont des opinions très diverses sur la nature du dessein éternel des Déités.»

7:0.1 «Nous ne comprenons pas pleinement ce plan éternel (un Conseiller Divin)»


Toutes ces hautes personnalités qui nous ont créés, nous mènent sur ce long et difficile chemin d'efforts, de peines, et de souffrances, dans l'objectif de nous faire atteindre une destination que, pourtant… Elles ne connaissent ni ne comprennent. Cette étrangeté serait-elle en lien avec l'impossibilté qui est faite aux Enfants du Paradis, qu'ils soient émanations des déités ou fractions de Dieu, de connaître véritablement le Père ? En effet :


Citation :106:7.5 «Si grande que soit votre assimilation de Dieu, il en restera toujours une partie beaucoup plus vaste, et vous n’en soupçonnerez même pas l’existence. Et nous croyons que cela est tout aussi vrai sur les niveaux transcendantaux que dans les domaines de l’existence finie. La recherche de Dieu n’a pas de fin.»


Soit. Cependant, il est de nombreuses considérations beaucoup plus factuelles qui échappent également à l'entendement des autorités les plus élevées. Ainsi, les révélateurs évoquent-ils à de très nombreuses reprises le destin des mortels dans ce qu'ils nomment « le corps de la finalité ». Or, bien qu'une foule innombrable d'humains aient déjà atteint ce stade, rejoints d'ailleurs par « D’autres êtres parfaits du Paradis » (30:4.31), ce corps reste environné d'un mystère insondable :


Citation :31:3.2 «Nous autres d’Uversa, nous ne connaissons pas la « destinée finalitaire » des mortels ascendants du temps. Ils résident présentement au Paradis et servent, temporairement, dans le Corps de Lumière et de Vie, mais le prodigieux périple d’éducation ascendante et la longue discipline universelle par lesquels ils ont passé doivent être conçus en vue de les qualifier pour des épreuves de confiance encore plus grandes et pour des responsabilités de services encore plus sublimes.»

17:6.10 «Nous conjecturons qu’une autre carrière encore non révélée de mission universelle attend les finalitaires.»

23:4.4 «Nous nous posons ces questions et beaucoup d’autres similaires, et nous interrogeons de nombreux autres ordres d’êtres célestes, mais nous ne connaissons pas les réponses.»



[Image: Perplexity-animation.gif]



Et ces aveux d'ignorance ne viennent pas, là non plus, du premier venu. Ils sont émis par le Conseiller Divin en charge de ces fascicules, c'est à dire par un Fils Paradisiaque, qui plus est d'origie trinitaire, et qui se présente lui-même comme « la plus haute source d’information disponible à cet effet dans n’importe quel monde habité », déclarant s'exprimer « avec une autorité indiscutable » pour s'être trouvé à maintes reprises en présence du Père Universel et du Fils Eternel (1:7.9 et 6:8.8).

Raison pour laquelle il ne craint d'ailleurs pas de répéter « Je sais de quoi je parle ».

Dommage alors, que le Père et le Fils, eux, ne parlent pas.

Car ce conseiller d'Uversa, décidément fort divin, à défaut d'être modeste, aurait pu leur poser directement ses multiples questions sans réponses…

Mais on ne peut pas tout avoir.
Ni tout savoir.

Dommage aussi que ce sur quoi porte l'incompétence de cette multitude de sommités célestes, soit tout bonnement… ce qu'il y a de plus essentiel, et de plus fondamental.

Qui sommes nous ? D'où venons-nous ? Où allons-nous ?

Ceux qui s'interrogent ainsi et ouvrent le Livre d'Urantia dans l'espoir de trouver tous les éclaircissements, vont finalement tomber sur une enfilade de « non révélé », de « Nous conjecturons », « nous postulons », « Nous croyons que », « nous sommes souvent conduits à spéculer sur », « tout se passe comme si », « Je ne sais trop comment expliquer », « nous n’avons pas la moindre idée de », etc., etc. (5:3.2, 12:0.3, 12:1.16, 20:9.5, 26:6.3, 106:3.5, 148:3.4…).

Dès le premier fascicule, d'ailleurs, on trouve ce paragraphe définitif :


Citation :1:4.1 «L’infinité de la perfection de Dieu est telle qu’elle fait de lui éternellement un mystère. Et le plus grand des mystères insondables de Dieu est le phénomène d’habitation divine dans le mental mortel. La manière dont le Père Universel séjourne chez les créatures du temps est le plus profond de tous les mystères de l’univers. La présence divine dans le mental de l’homme est le mystère des mystères.»


Un passage parmi d'autres qui expliquent peut-être le peu de succès du Livre d'Urantia auprès d'un certain public, qui préfère se tourner vers des courants spirituels affirmant que la découverte de notre part divine est, au contraire, une promesse de révélation totale.

Mais finalement… Ces questions sont-elles vraiment importantes ?

Prenez les enfants, par exemple. Des questions, ils en posent tout le temps, à tout le monde, sur tout les sujets, sans jamais se lasser.

Mais « Pourquoi j'existe ? », cette question-là, ils ne se la posent pas.

Peut-être parce que, en fait… la question ne se pose pas.
C'est à dire que… cela va sans dire.

Alors pourquoi ne pas faire comme eux ?

« Le Seigneur […] sauve tous ceux dont l’esprit ressemble à celui d’un enfant » (131:2.10)


RE: Le Grand Mystère - patrick morelli - 31/10/2020

Salut François.

Ton intervention est fort instructive sur le fait que personne apparemment connait la destination finale de toute cette création, la notre et de la révélation qu'est le L. U.

Ce merveilleux livre, car pour moi il l'est, donne l'immense possibilité dans ses 2097 pages de servir de support, aussi bien aux détracteurs de cette révélation qu'à ceux, qui croient dur comme fer, que c'est une partie de la véritable création, ce qui à mon sens, laisse supposer au contrario de beaucoup de courants religieux, que l'esprit de tolérance du L. U. est une qualité rare.

Pour le conseiller Divin, qui d'après toi, d'une manière péremptoire affirme "savoir de quoi il parle" t'avait déjà, il y a un ou deux ans, sur ce forum choqué, pour ma part je lui accorde l'accent de la sincérité, car ayant rencontré personnellement le Père Universel, et étant une personnalité post existentielle, il admet modestement ne pas comprendre le motivations profondes d'une telle Infinité.

Une des raisons pour lesquelles nous existons est bien explicitée fascicule 108-0-2 (p 1185-2), ce n'est certes pas l'explication finale que tu réclames, mais elle est je l'estime pleine de bon sens :

"Dieu ne peut mal faire, il est infaillible. Dieu ne peut connaitre expérientiellement ce qu'il n'a jamais expérimenté personnellement ; la pré connaissance de Dieu est existentielle. C'est pourquoi  l'esprit du Père descend du Paradis pour participer avec les mortels finis à toute expérience de bonne foi dans la carrière ascendante, c'est seulement par cette méthode que le Dieu existentiel pouvait devenir en vérité et en fait le Père expérientiel de l'homme".

Autrement dit, avant la création du fini, le Père Universel n'avait jamais expérimenté toutes les possibilités expérientielles que la création offre dans sa dimension en tant qu'actuel, mais par contre potentiellement cela existait déjà.

Cela permet certainement à notre Créateur d'avoir le moyen de manifester d'une manière expérientielle l'amour qu'il porte à sa création , et qui plus est de doter chacune de ses individualités d'une personnalité unique qui comporte un libre arbitre qui leur permettra d'accepter ou de refuser cet amour universel.

Quant à la question à poser au Créateur, "pourquoi faire tout cela ?", je ne peux guère trouver d'autres raisons que "Pour son plaisir".

What do you want to do ?
New mail
Copy



RE: Le Grand Mystère - Samuel.H - 22/11/2020

(31/10/2020, 18:42)patrick morelli a écrit : Salut François.

Ton intervention est fort instructive sur le fait que personne apparemment connait la destination finale de toute cette création, la notre et de la révélation qu'est le L. U.

Ce merveilleux livre, car pour moi il l'est, donne l'immense possibilité dans ses 2097 pages de servir de support, aussi bien aux détracteurs de cette révélation qu'à ceux, qui croient dur comme fer, que c'est une partie de la véritable création, ce qui à mon sens, laisse supposer au contrario de beaucoup de courants religieux, que l'esprit de tolérance du L. U. est une qualité rare.

Pour le conseiller Divin, qui d'après toi, d'une manière péremptoire affirme "savoir de quoi il parle" t'avait déjà, il y a un ou deux ans, sur ce forum choqué, pour ma part je lui accorde l'accent de la sincérité, car ayant rencontré personnellement le Père Universel, et étant une personnalité post existentielle, il admet modestement ne pas comprendre le motivations profondes d'une telle Infinité.

Une des raisons pour lesquelles nous existons est bien explicitée fascicule 108-0-2 (p 1185-2), ce n'est certes pas l'explication finale que tu réclames, mais elle est je l'estime pleine de bon sens :

"Dieu ne peut mal faire, il est infaillible. Dieu ne peut connaitre expérientiellement ce qu'il n'a jamais expérimenté personnellement ; la pré connaissance de Dieu est existentielle. C'est pourquoi  l'esprit du Père descend du Paradis pour participer avec les mortels finis à toute expérience de bonne foi dans la carrière ascendante, c'est seulement par cette méthode que le Dieu existentiel pouvait devenir en vérité et en fait le Père expérientiel de l'homme".

Autrement dit, avant la création du fini, le Père Universel n'avait jamais expérimenté toutes les possibilités expérientielles que la création offre dans sa dimension en tant qu'actuel, mais par contre potentiellement cela existait déjà.

Cela permet certainement à notre Créateur d'avoir le moyen de manifester d'une manière expérientielle l'amour qu'il porte à sa création , et qui plus est de doter chacune de ses individualités d'une personnalité unique qui comporte un libre arbitre qui leur permettra d'accepter ou de refuser cet amour universel.

Quant à la question à poser au Créateur, "pourquoi faire tout cela ?", je ne peux guère trouver d'autres raisons que "Pour son plaisir".

What do you want to do ?
New mail
Copy
Je pense aussi que l'intelligence créative ou Dieu crée pour le plaisir et avec beaucoup d'humour.
Peut-être aussi pour se sentir moins seul ? Grand sourire
En tout cas, Il nous a créés, nous avons la chance et le privilège d'exister, nous sommes conscients d'avoir une conscience et nous sommes conscients de Sa création.
Il semble que venant du Créateur, il y a un Amour et un don de soi qui se désapproprie de tout.
Un livre tel que le Livre d'Urantia nous ouvre de nouvelles voies de réflexion et répond à des questions qui étaient jusqu'à présent sans réponses cohérentes et qui sont beaucoup plus en phase avec les découvertes scientifiques de notre temps.
Bien sûr, pour la plupart, ce sont des réponses que nous ne pouvons accepter qu'à la lumière de notre intuition.
Dieu nous attend et ne peut se réaliser sans nous.
C'est ainsi que je le vois personnellement.
Amitiés.
Samuel.H


RE: Le Grand Mystère - Lecoeur - 05/12/2020

Salut à tous,

(réponse un peu tardive car, sans internet, mon accès au forum, en ces périodes de confinement, est assez compliqué)

Jolie citation trouvée par Patrick : « Dieu ne peut connaitre expérientiellement ce qu'il n'a jamais expérimenté personnellement » (108:0.2).

Comme tu l'évoques, le Créateur, par sa nature unique, infinie, absolue, invariante, n'expérimente que l'infinité, l'unicité, l'absoluité, l'immuable. Alors, par l'intermédiaire des êtres finis, il expérimente la diversité, la multitude, l'impermanence, le changement.

Dieu existe. Et nous existons parce qu'Il le veut. Et Il le veut pour, à travers nous, exister plus encore.

Mais cette réfexion de Samuel :


(22/11/2020, 14:23)Samuel.H a écrit : Dieu crée pour le plaisir […] Peut-être aussi pour se sentir moins seul ?


… Peut nous amener à celle-ci : qu'en est-il de la perfection divine ? Dieu ne se suffit-il donc pas à lui-même ?



[Image: Dieu-omniscient.jpg]



La question, cependant, se pose-t-elle vraiment ? Dieu seul, c'est Dieu avant la création. Mais y-a-il eu un « avant la création » ?

Une telle époque, les révélateur l'évoquent, mais comme une hypothèse, à titre, disent-ils, de « concession philosophique que nous faisons au mental fini de l’homme » incapable de comprendre « les réalités et les relations sans commencement ni fin » (0:3.23).

Dieu, à ce moment théorique, n'est pas encore le Père, mais le JE SUIS (0:3.22).

Le « JE SUIS »

Un nom qui ne traduit en fait qu'une seule chose : la conscience de soi. Mais une conscience avant la création, c'est à dire qui serait alors la seule réalité. Bref : un MOI, sans corps, au milieu de… rien : un absolu existentiel, mais également un absolu de solitude. Laquelle, si rien ne change, durerait pour l'éternité.

Et l'éternité, on le sait, c'est long.
(surtout vers la fin)¹

Mais cela est-il la réalité ? On nous explique :


Citation :0:3.23 «le Fils Éternel et l’Esprit Infini sont coéternels avec le JE SUIS. En d’autres termes, il n’y a jamais eu d’époque où le JE SUIS n’était pas le Père du Fils et, avec ce dernier, le Père de l’Esprit.»


On nous incite ainsi à ne pas distinguer le JE SUIS du Père Universel, ce qui, pour un croyant conventionnel, amène à un paradoxe : celui de « relativiser l'absoluité » du Père…


Citation :10:3.5 «pour que le Père ait été absolu au sens total, il faudrait qu’il ait été seul à exister à un moment éternellement distant. Mais il n’a jamais eu une telle existence solitaire; le Fils et l’Esprit sont tous deux coéternels avec le Père. La Source-Centre Première a toujours été et sera à jamais l’éternel Père du Fils Originel et, avec le Fils, l’ancêtre éternel de l’Esprit Infini.»


Et, en guise de compagnie, il n'y a pas que ces deux-là.

Car qui dit Trinité, dit également, et immédiatement, sept autres personnalités, expressions de ces déités éternelles par la grâce de l'Esprit Infini : les Sept Maitres Esprits du Paradis (16:0.1).

Le Paradis lui-même d'ailleurs, univers matériel autant que spirituel, est également éternel, ce qui signifie que non seulement cette sphère colossale existera toujours, mais qu'elle a toujours existé :


Citation :11:1.2 «Dieu habite, a habité et habitera perpétuellement cette même demeure centrale et éternelle. Nous l’avons toujours trouvé là et nous l’y trouverons toujours. Le Père Universel est cosmiquement focalisé, spirituellement personnalisé et géographiquement résidant en ce centre de l’univers des univers.»

11:1.1 «Cette présence au Paradis du Père Universel est directement entourée par la présence personnelle du Fils Éternel, tandis que tous deux sont revêtus par la gloire indicible de l’Esprit Infini.»


Un domaine divin constitué d'un milliard de mondes, et entouré par sept gigantesques Superunivers, tout cela étant la manifestation spontanée de ces personnalités initiales, en association avec les autres absolus (14:4.18, 15:0.1 et 104:3).

Dès le début, donc, s'il y a eu un début, pas de quoi s'ennuyer.

Car même en nous concédant l'hypothèse, que l'humanité aveugle réclame, d'une cause des causes, nommée le JE SUIS, celle-ci ne peut être considérée comme une réalité isolée pour les raisons suivantes : d'abord parce que le JE SUIS ainsi défini n'est pas à proprement parler réel, mais plutôt préréel (105:1.5). Ensuite parce qu'il ne se conçoit qu'au sein de « l'infinité non qualifiée » ainsi nommée parce qu'elle « ne présente nulle part de différenciation ». Or en ce lieu / non-lieu, ce temps / non-temps, le JE SUIS, « à la fois chose et non-chose », côtoie « tout ce qui serait susceptible d’exister dans la totalité d’éternité infinie » (105:1.3 et suivants).


« tout ce qui serait susceptible d’exister dans la totalité d’éternité infinie »

Cela fait beaucoup de choses (non-choses).
Et beaucoup de monde.


« La solitude » a-t-on chanté « ça ♪ n'existe ♫ pas ♪ ».

Et, apparemment, donc, ça n'a jamais existé.



1) Selon Woody Allen, d'après Kafka.


RE: Le Grand Mystère - Samuel.H - 06/12/2020

(05/12/2020, 20:10)Lecoeur a écrit : Salut à tous,

(réponse un peu tardive car, sans internet, mon accès au forum, en ces périodes de confinement, est assez compliqué)

Jolie citation trouvée par Patrick : « Dieu ne peut connaitre expérientiellement ce qu'il n'a jamais expérimenté personnellement » (108:0.2).

Comme tu l'évoques, le Créateur, par sa nature unique, infinie, absolue, invariante, n'expérimente que l'infinité, l'unicité, l'absoluité, l'immuable. Alors, par l'intermédiaire des êtres finis, il expérimente la diversité, la multitude, l'impermanence, le changement. 

Dieu existe. Et nous existons parce qu'Il le veut. Et Il le veut pour, à travers nous, exister plus encore.

Mais cette réfexion de Samuel :


(22/11/2020, 14:23)Samuel.H a écrit : Dieu crée pour le plaisir […] Peut-être aussi pour se sentir moins seul ?


… Peut nous amener à celle-ci : qu'en est-il de la perfection divine ? Dieu ne se suffit-il donc pas à lui-même ?



[Image: Dieu-omniscient.jpg]



La question, cependant, se pose-t-elle vraiment ? Dieu seul, c'est Dieu avant la création. Mais y-a-il eu un « avant la création » ?

Une telle époque, les révélateur l'évoquent, mais comme une hypothèse, à titre, disent-ils, de  « concession philosophique que nous faisons au mental fini de l’homme » incapable de comprendre « les réalités et les relations sans commencement ni fin » (0:3.23).

Dieu, à ce moment théorique, n'est pas encore le Père, mais le JE SUIS (0:3.22)

Le « JE SUIS »

Un nom qui ne traduit en fait qu'une seule chose : la conscience de soi. Mais une conscience avant la création, c'est à dire qui serait alors la seule réalité. Bref : un MOI, sans corps, au milieu de… rien : un absolu existentiel, mais également un absolu de solitude. Laquelle, si rien ne change, durerait pour l'éternité.

Et l'éternité, on le sait, c'est long.
(surtout vers la fin)¹

Mais cela est-il la réalité ? On nous explique :


Citation :0:3.23 «le Fils Éternel et l’Esprit Infini sont coéternels avec le JE SUIS.  En d’autres termes, il n’y a jamais eu d’époque où le JE SUIS n’était pas le Père du Fils et, avec ce dernier, le Père de l’Esprit.»
 

On nous incite ainsi à ne pas distinguer le JE SUIS du Père Universel, ce qui, pour un croyant conventionnel, amène à un paradoxe : celui de « relativiser l'absoluité » du Père…


Citation :10:3.5 «pour que le Père ait été absolu au sens total, il faudrait qu’il ait été seul à exister à un moment éternellement distant. Mais il n’a jamais eu une telle existence solitaire; le Fils et l’Esprit sont tous deux coéternels avec le Père. La Source-Centre Première a toujours été et sera à jamais l’éternel Père du Fils Originel et, avec le Fils, l’ancêtre éternel de l’Esprit Infini.»


Et, en guise de compagnie, il n'y a pas que ces deux-là.

Car qui dit Trinité, dit également, et immédiatement, sept autres personnalités, expressions de ces déités éternelles par la grâce de l'Esprit Infini : les Sept Maitres Esprits du Paradis (16:0.1).

Le Paradis lui-même d'ailleurs, univers matériel autant que spirituel, est également éternel, ce qui signifie que non seulement cette sphère colossale existera toujours, mais qu'elle a  toujours existé :


Citation :11:1.2 «Dieu habite, a habité et habitera perpétuellement cette même demeure centrale et éternelle. Nous l’avons toujours trouvé là et nous l’y trouverons toujours. Le Père Universel est cosmiquement focalisé, spirituellement personnalisé et géographiquement résidant en ce centre de l’univers des univers.»

11:1.1 «Cette présence au Paradis du Père Universel est directement entourée par la présence personnelle du Fils Éternel, tandis que tous deux sont revêtus par la gloire indicible de l’Esprit Infini.»


Un domaine divin constitué d'un milliard de mondes, et entouré par sept gigantesques Superunivers, tout cela étant la manifestation spontanée de ces personnalités initiales, en association avec les autres absolus (14:4.18, 15:0.1 et 104:3)

Dès le début, donc, s'il y a eu un début, pas de quoi s'ennuyer.

Car même en nous concédant l'hypothèse, que l'humanité aveugle réclame, d'une cause des causes, nommée le JE SUIS, celle-ci ne peut être considérée comme une réalité isolée pour les raisons suivantes : d'abord parce que le JE SUIS ainsi défini n'est pas à proprement parler réel, mais plutôt préréel (105:1.5). Ensuite parce qu'il ne se conçoit qu'au sein de « l'infinité non qualifiée » ainsi nommée parce qu'elle « ne présente nulle part de différenciation ». Or en ce lieu / non-lieu, ce temps / non-temps, le JE SUIS, « à la fois chose et non-chose », côtoie « tout ce qui serait susceptible d’exister dans la totalité d’éternité infinie » (105:1.3 et suivants).


« tout ce qui serait susceptible d’exister dans la totalité d’éternité infinie »

Cela fait beaucoup de choses (non-choses).
Et beaucoup de monde.


« La solitude » a-t-on chanté « ça ♪ n'existe ♫ pas ♪ ».

Et, apparemment, donc, ça n'a jamais existé.



1) Selon Woody Allen, d'après Kafka.

Merci Lecoeur ! C'est toujours un plaisir de lire tes partages et tes références au Livre d'Urantia et je suis d'accord avec ce que tu exprimes !
Sur une note personnelle, si je n'avais pas découvert Le Livre d'Urantia, j'aurais probablement adhéré aux explications philosophiques-spirituelles, religieuses et cosmologiques données par Sri Aurobindo dans son livre de très haut vol ; "La Vie Divine".
http://guillaumebardou.com/wp-content/uploads/2014/11/feedbooks_book_25434.pdf
Dans son œuvre "d'homme exceptionnel pour son temps", Sri Aurobindo procède à une synthèse magistrale, probablement jamais égalée (au niveau d'un chercheur humain), de toutes les richesses accumulées par l'humanité au cours des millénaires, de la vérité de tous les enseignements dans l'harmonie de la sagesse éternelle, dans une fusion des connaissances anciennes de l'Orient et des plus récentes de l'Occident.
Bien avant la publication du Livre d'Urantia, ce grand maître spirituel était l'un des rares à opérer une thèse, une antithèse et une synthèse "dans ce domaine d'investigation et de recherche".
Personnellement, je pense que des gens comme Sri Aurobindo, Teilhard de Chardin, Max Heindel (qui synthétise l'approche théosophique et ses différentes branches) et le philosophe Henri Bergson (entre autres), représentent en quelque sorte le plus haut niveau de ce qui pouvait être appréhendé par les humains évolutionnaires "dans ce domaine de recherche". (Domaine de recherches ou la "foi et la raison" cherchent un équilibre.)
Le Livre d'Urantia, qui est arrivé juste après (ou au bon moment Grand sourire ), se présente vraiment comme un livre unique et séparé "ou à part".
À mon avis, Le Livre d'Urantia ne rejette aucune des approches de l'homme "mais il les rectifie", il fait des réajustements dans certains domaines de compréhension "qui sont faux ou erronées" en ajoutant de nouveaux concepts qui n'existaient pas ou n'avaient pas encore vu le jour chez les hommes.
C'est dans ce sens que "pour moi" un livre comme Le Livre d'Urantia est vraiment unique et exceptionnel, il ne ressemble à aucune autre approche.
Néanmoins, à la lumière de mon intuition et en équilibre avec mes facultés de raisonnement, je peux dire que pour moi, ce livre est une révélation.
Ceux qui ont été familiarisés avec les enseignements bibliques trouveront de nombreuses réponses dans Le Livre d'Urantia.
Des réponses que la religion chrétienne (dans ses différentes branches) ne donne pas.
Amitiés.
Samuel.H

(06/12/2020, 07:33)Samuel.H a écrit :
(05/12/2020, 20:10)Lecoeur a écrit : Salut à tous,

(réponse un peu tardive car, sans internet, mon accès au forum, en ces périodes de confinement, est assez compliqué)

Jolie citation trouvée par Patrick : « Dieu ne peut connaitre expérientiellement ce qu'il n'a jamais expérimenté personnellement » (108:0.2).

Comme tu l'évoques, le Créateur, par sa nature unique, infinie, absolue, invariante, n'expérimente que l'infinité, l'unicité, l'absoluité, l'immuable. Alors, par l'intermédiaire des êtres finis, il expérimente la diversité, la multitude, l'impermanence, le changement. 

Dieu existe. Et nous existons parce qu'Il le veut. Et Il le veut pour, à travers nous, exister plus encore.

Mais cette réfexion de Samuel :


(22/11/2020, 14:23)Samuel.H a écrit : Dieu crée pour le plaisir […] Peut-être aussi pour se sentir moins seul ?


… Peut nous amener à celle-ci : qu'en est-il de la perfection divine ? Dieu ne se suffit-il donc pas à lui-même ?



[Image: Dieu-omniscient.jpg]



La question, cependant, se pose-t-elle vraiment ? Dieu seul, c'est Dieu avant la création. Mais y-a-il eu un « avant la création » ?

Une telle époque, les révélateur l'évoquent, mais comme une hypothèse, à titre, disent-ils, de  « concession philosophique que nous faisons au mental fini de l’homme » incapable de comprendre « les réalités et les relations sans commencement ni fin » (0:3.23).

Dieu, à ce moment théorique, n'est pas encore le Père, mais le JE SUIS (0:3.22)

Le « JE SUIS »

Un nom qui ne traduit en fait qu'une seule chose : la conscience de soi. Mais une conscience avant la création, c'est à dire qui serait alors la seule réalité. Bref : un MOI, sans corps, au milieu de… rien : un absolu existentiel, mais également un absolu de solitude. Laquelle, si rien ne change, durerait pour l'éternité.

Et l'éternité, on le sait, c'est long.
(surtout vers la fin)¹

Mais cela est-il la réalité ? On nous explique :


Citation :0:3.23 «le Fils Éternel et l’Esprit Infini sont coéternels avec le JE SUIS.  En d’autres termes, il n’y a jamais eu d’époque où le JE SUIS n’était pas le Père du Fils et, avec ce dernier, le Père de l’Esprit.»
 

On nous incite ainsi à ne pas distinguer le JE SUIS du Père Universel, ce qui, pour un croyant conventionnel, amène à un paradoxe : celui de « relativiser l'absoluité » du Père…


Citation :10:3.5 «pour que le Père ait été absolu au sens total, il faudrait qu’il ait été seul à exister à un moment éternellement distant. Mais il n’a jamais eu une telle existence solitaire; le Fils et l’Esprit sont tous deux coéternels avec le Père. La Source-Centre Première a toujours été et sera à jamais l’éternel Père du Fils Originel et, avec le Fils, l’ancêtre éternel de l’Esprit Infini.»


Et, en guise de compagnie, il n'y a pas que ces deux-là.

Car qui dit Trinité, dit également, et immédiatement, sept autres personnalités, expressions de ces déités éternelles par la grâce de l'Esprit Infini : les Sept Maitres Esprits du Paradis (16:0.1).

Le Paradis lui-même d'ailleurs, univers matériel autant que spirituel, est également éternel, ce qui signifie que non seulement cette sphère colossale existera toujours, mais qu'elle a  toujours existé :


Citation :11:1.2 «Dieu habite, a habité et habitera perpétuellement cette même demeure centrale et éternelle. Nous l’avons toujours trouvé là et nous l’y trouverons toujours. Le Père Universel est cosmiquement focalisé, spirituellement personnalisé et géographiquement résidant en ce centre de l’univers des univers.»

11:1.1 «Cette présence au Paradis du Père Universel est directement entourée par la présence personnelle du Fils Éternel, tandis que tous deux sont revêtus par la gloire indicible de l’Esprit Infini.»


Un domaine divin constitué d'un milliard de mondes, et entouré par sept gigantesques Superunivers, tout cela étant la manifestation spontanée de ces personnalités initiales, en association avec les autres absolus (14:4.18, 15:0.1 et 104:3)

Dès le début, donc, s'il y a eu un début, pas de quoi s'ennuyer.

Car même en nous concédant l'hypothèse, que l'humanité aveugle réclame, d'une cause des causes, nommée le JE SUIS, celle-ci ne peut être considérée comme une réalité isolée pour les raisons suivantes : d'abord parce que le JE SUIS ainsi défini n'est pas à proprement parler réel, mais plutôt préréel (105:1.5). Ensuite parce qu'il ne se conçoit qu'au sein de « l'infinité non qualifiée » ainsi nommée parce qu'elle « ne présente nulle part de différenciation ». Or en ce lieu / non-lieu, ce temps / non-temps, le JE SUIS, « à la fois chose et non-chose », côtoie « tout ce qui serait susceptible d’exister dans la totalité d’éternité infinie » (105:1.3 et suivants).


« tout ce qui serait susceptible d’exister dans la totalité d’éternité infinie »

Cela fait beaucoup de choses (non-choses).
Et beaucoup de monde.


« La solitude » a-t-on chanté « ça ♪ n'existe ♫ pas ♪ ».

Et, apparemment, donc, ça n'a jamais existé.



1) Selon Woody Allen, d'après Kafka.

Merci Lecoeur ! C'est toujours un plaisir de lire tes partages et tes références au Livre d'Urantia et je suis d'accord avec ce que tu exprimes !
Sur une note personnelle, si je n'avais pas découvert Le Livre d'Urantia, j'aurais probablement adhéré aux explications philosophiques-spirituelles, religieuses et cosmologiques données par Sri Aurobindo dans son livre de très haut vol ; "La Vie Divine".
http://guillaumebardou.com/wp-content/uploads/2014/11/feedbooks_book_25434.pdf
Dans son œuvre "d'homme exceptionnel pour son temps", Sri Aurobindo procède à une synthèse magistrale, probablement jamais égalée (au niveau d'un chercheur humain), de toutes les richesses accumulées par l'humanité au cours des millénaires, de la vérité de tous les enseignements dans l'harmonie de la sagesse éternelle, dans une fusion des connaissances anciennes de l'Orient et des plus récentes de l'Occident.
Bien avant la publication du Livre d'Urantia, ce grand maître spirituel était l'un des rares à opérer une thèse, une antithèse et une synthèse "dans ce domaine d'investigation et de recherche".
Personnellement, je pense que des gens comme Sri Aurobindo, Teilhard de Chardin, Max Heindel (qui synthétise l'approche théosophique et ses différentes branches) et le philosophe Henri Bergson (entre autres), représentent en quelque sorte le plus haut niveau de ce qui pouvait être appréhendé par les humains évolutionnaires "dans ce domaine de recherche". (Domaine de recherches ou la "foi et la raison" cherchent un équilibre.)
Le Livre d'Urantia, qui est arrivé juste après (ou au bon moment Grand sourire ), se présente vraiment comme un livre unique et séparé "ou à part".
À mon avis, Le Livre d'Urantia ne rejette aucune des approches de l'homme "mais il les rectifie", il fait des réajustements dans certains domaines de compréhension "qui sont faux ou erronées" en ajoutant de nouveaux concepts qui n'existaient pas ou n'avaient pas encore vu le jour chez les hommes.
C'est dans ce sens que "pour moi" un livre comme Le Livre d'Urantia est vraiment unique et exceptionnel, il ne ressemble à aucune autre approche.
Néanmoins, à la lumière de mon intuition et en équilibre avec mes facultés de raisonnement, je peux dire que pour moi, ce livre est une révélation.
Ceux qui ont été familiarisés avec les enseignements bibliques trouveront de nombreuses réponses dans Le Livre d'Urantia.
Des réponses que la religion chrétienne (dans ses différentes branches) ne donne pas.
Amitiés.
Samuel.H

Dans mon précédant message, j'ai partagé le livre en format PDF "La vie Divine" de Sri Aurobindo pour ceux et celles qui seraient intéressées de le lire.
Le seul petit défaut de ce livre PDF, c'est qu'il ne possède pas en fin d'ouvrage un glossaire des définitions des termes en sanscrit utiliser par Sri Aurobindo.
Vous pouvez trouver la définition des termes sur ce site Internet : https://www.aurobindo.ru/terms/index_f.htm
À bientôt et excellent dimanche chez vous tous et toutes. Clin d’oeil
Samuel.H


RE: Le Grand Mystère - patrick morelli - 08/12/2020

Salut les amis.

Belle approche, François, du "JE SUIS", si tant est que l'on puisse faire une définition de l'indéfinissable.
 
A mon sens comme tu le précises ce qu'ils appellent une concession philosophique est une manière de nous pousser à accepter une convention mentale, ou un nouveau paradigme inacceptable d'une manière temporelle. Le "JE SUIS", EST avec la seule indication qu'ils nous donnent qu'est "sa volonté". Je dois me rendre à accepter cela comme un fait au delà de mes limites conceptuelles.

Par contre l'intérêt et la curiosité, grâce au L. U., est satisfaite avec ce qui se passe après, bien que ce terme temporel ne soit qu'un paradoxe, bref, dès lors que la réalité, même si elle est taxée d"existentielle, se manifeste, cela est passionnant. Tout d'abord la première manifestation du "JE SUIS" est duelle au travers de l'éternisation des 7 Absolus de l'Infinité, ensuite le système trin prend le relai comme moyen de fonctionnement, au travers des 15 Triunités dont 7 nous sont dévoilées, et cela est dénommé "associations fonctionnelles".

Là intervient le terme tension qui est mentionné dans 25 paragraphes du L. U., cette tension est résolue par le système trin ou "trinitisation", il se compose de deux états antipodals, ou deux éléments antagonistes, et un élément unificateur coordinateur, qui permet de fédérer les conséquences de cette union trine.
Cela me conforte à accepter que le 'JE SUIS" n'a absolument rien changé de son statut de stase avec sa seule volonté, car tout indique que si changement il y a, et c'est le cas avec l'apparition de la réalité, cela entame en quelque sorte la stabilité de cette stase, et cela se compense par le phénomène trin, et rejoint le phénomène de divergence, convergence cher à Bill Sadler. Cela se manifeste dans tout le cosmos, même au niveau fini qui immanquablement contient dans son essence le retour à la source unitaire qu'est le "JE SUIS".

Quant au distinguo à faire entre le "JE SUIS" et le Père Universel, même si effectivement il choque un croyant conventionnel, le Père Universel revendique sont titre de géniteur qu'au moment où le Fils Eternel , soit post "JE SUIS", est crée. Le Père se dépouille de la personnalité originelle, qui est le seul phénomène en envahissant le Fils Eternel, qui ne se dilue pas et garde son appellation de non qualifié, et cela emprisonne d'ailleurs le Fils Eternel dans cette personnalité unique. Ceci est certainement l'acte paternel du Père Universel.

Mais bien entendu, avec cela je n'ai pratiquement rien justifié ni expliqué, c'est juste un point de vue.

Amitiés Patrick M.

What do you want to do ?
New mail
Copy



RE: Le Grand Mystère - Samuel.H - 08/12/2020

Merci Patrick et François, c'est un plaisir de lire des témoignages de personnes qui connaissent et comprennent bien le contenu de ce fabuleux livre.
Je lie souvent plusieurs fois vos partages très éclairants pour la compréhension du texte, il est vrai que c'est un livre fascinant qui nous renforce dans la foi et "l'espoir intelligent" (si je peux me permettre de le dire ainsi Ange ).
Bien entendu, dans l'équilibre intellectuel, spirituel et physique, qui peut se résumer à une vie individuelle et sociale, épanouie, détendue et heureuse.
Car les étudiants du Livre d'Urantia, ce ne sont pas seulement de grands "intellos/bigots" qui passent leurs journées la tête dans leur livre. (Sourire)
Quoi qu'il en soit, une fois de plus, merci beaucoup à tous les deux pour le temps que vous prenez pour partager des choses très instructives.
A bientôt, mes amis. Coeur
Samuel.H