Bienvenue, Invité
Nom d'utilisateur Mot de passe: Se souvenir de moi

La cinquième révélation. Le livre d'Urantia
(1 visualisation(s)) (1) Invité
sous titre cinquième révélation

SUJET: La cinquième révélation. Le livre d'Urantia

Re: La cinquième révélation. Le livre d'Urantia il y a 6 mois, 3 semaines #2431

  • andre
  • Hors ligne
  • Expert Boarder
  • pominville@libero.it
  • Message: 111
  • Karma: 1
Tu nous trouves de belles perles Claude.

Merci

Re: La cinquième révélation. Le livre d'Urantia il y a 6 mois, 3 semaines #2432

andre écrit:
Tu nous trouves de belles perles Claude.

Merci


Cela me fait plaisir. On dit souvent qu'un athée peut être bon quand même et qu'il survivra. Un texte qui dit autre chose:

102:7.4 (1126.4) Il est vrai que beaucoup de traits apparemment religieux peuvent provenir de bases non religieuses. Un homme peut nier Dieu intellectuellement et, cependant, être moralement bon, loyal, filial, honnête et même idéaliste. L’homme peut greffer beaucoup de branches purement humanistes sur sa nature spirituelle fondamentale, et donner ainsi l’apparence de prouver ses affirmations au sujet d’une religion sans dieu, mais cette expérience est dépourvue de valeurs de survie, de connaissance de Dieu et d’ascension vers Dieu ; cette expérience de mortel ne produit que des fruits sociaux et non spirituels. La greffe détermine la nature du fruit, bien que la subsistance vivante soit tirée des racines de la divine dotation originelle de mental et d’esprit.

...P.S. On va se rencontrer prochainement.
Dieu est notre Père qui nous aime.

Re: La cinquième révélation. Le livre d'Urantia il y a 6 mois, 3 semaines #2434

  • Bgondontaire
  • Hors ligne
  • Administrateur
  • Message: 106
  • Karma: 0
Des expériences dépourvues de valeurs de survie ?????

Nous avons parlé de cette affirmation dans notre groupe d'étude - et nous n'avons pas compris

Un humaniste qui aime les hommes mais qui ne comprend pas Dieu serait-il anéantie?????

L’homme peut greffer beaucoup de branches purement humanistes sur sa nature spirituelle fondamentale, et donner ainsi l’apparence de prouver ses affirmations au sujet d’une religion sans dieu, mais cette expérience est dépourvue de valeurs de survie, de connaissance de Dieu et d’ascension vers Dieu ; cette expérience de mortel ne produit que des fruits sociaux et non spirituels.


Voir la recherche "valeur de survie"

urantia.fr/index.php/component/search/?s...e=exact&limit=20
Dernière édition: il y a 6 mois, 3 semaines par Bgondontaire.

Re: La cinquième révélation. Le livre d'Urantia il y a 6 mois, 3 semaines #2435

  • Dominikos
  • Hors ligne
  • Expert Boarder
  • Message: 130
  • Karma: 2
Bonjour,

Il faut manipuler avec précautions dles affirmations que l'on peut relever dans le LU.

Sur le choix moral nous pouvons aussi lire :

112:5.9 Cela ne signifie pas que les êtres humains doivent bénéficier d’une seconde chance après avoir rejeté la première ; il n’en est nullement ainsi. Mais cela signifie que toutes les créatures volitives doivent avoir une véritable occasion de faire un choix indubitable, pleinement conscient et définitif. Les Juges souverains des univers ne priveront jamais du statut de personnalité un être qui n’a pas définitivement et pleinement fait le choix éternel. L’âme humaine doit recevoir et recevra pleine et ample occasion de révéler sa véritable intention et son dessein réel.

Si nous prenons simplement le passage que Tor relève alors on pourrait croire que n'importe quel fanatique religieux aurait plus de valeurs aux yeux de Dieu qu'un bénévole laïc et intellectuellement "athée".

Résumé les choses ainsi seraient à mon avis stupide et à courte vue.

La vérité c'est que dans l'idéal nous ne devrions pas juger autrui
Ce qui nous est évidemment impossible.

Alors cultivons un peu de bon sens.
J'ai eu souvent l'impression que certains auteurs du LU nous parlent comme à des primitifs qui ont besoin d'affirmations simples pour nous guider, afin de limiter notre marge d'erreur.

Heureusement le LU fourmille de passages qui apportent des éclairages différents sur un même sujet.

C'est aussi son intérêt.

Ex:

16:7.8 La nature morale de l’homme serait impuissante sans l’art de la mesure, la discrimination incorporée dans son aptitude à scruter les significations. De même le choix moral serait futile sans la clairvoyance cosmique qui donne conscience des valeurs spirituelles. Du point de vue de l’intelligence, l’homme s’élève au niveau d’un être moral parce qu’il est doté de personnalité.
Dernière édition: il y a 6 mois, 3 semaines par Dominikos.

Re: La cinquième révélation. Le livre d'Urantia il y a 6 mois, 3 semaines #2436

  • morelli
  • Hors ligne
  • Expert Boarder
  • Message: 150
  • Karma: 2
Salut Dominikos.

Je suis entièrement d'accord avec toi, le raccourci est un peu trop vite fait avec les mortels ayant une image de Dieu, et les mortels humanistes, qui apparemment en seraient dépourvus. Seuls les Anciens des Jours sont capables de connaître avec certitude quelles sont les motivations et les mobiles des mortels, et cela grâce entre autre au phénomène de la réflexivité. Des dotations telles que le mental, cela est précisé à plusieurs reprises dans le L. U., ont une tendance innée vers l'unification et l'harmonie, de même que la personnalité, également par son circuit divin a le même écho, cela accompagne certainement toutes les manifestations de bonté, même d'une manière inconsciente. Donc nous ne pouvons pas, même si, comme tu le dis nous le faisons malgré tout, juger au travers des attitudes de ceux qui moralement sont bons et manquent apparemment d'une idée directrice d'un créateur, connaître leurs aspirations profondes.

P. Morelli.

Re: La cinquième révélation. Le livre d'Urantia il y a 6 mois, 3 semaines #2437

  • Le Coeur
  • Hors ligne
  • Gold Boarder
  • Message: 164
  • Karma: 1
Bonjour,

Lorsque le Livre parle de « valeur de survie » cela peut s'appliquer à la personnalité, mais aussi simplement à un aspect de la personnalité. Dans le paragraphe en question, et à la lumière de celui qui le précède, il semble que ce jugement concerne cette fois une expérience particulière : celle d'une religion sans Dieu.

Cela n'implique par forcément que la personnalité elle-même ne survivra pas. C'est peut-être seulement cette disposition d'esprit qui est destinée à disparaître.

C'est d'ailleurs logique. Une personne ne croyant pas à la vie après la mort et qui se réveille dans l'autre monde cessera automatiquement d'être athée. Ou alors il faudrait que son esprit soit particulièrement fermé… auquel cas elle ne serait pas réveillée.

Dès le premier fascicule, cependant, nous trouvons il est vrai la déclaration suivante :

1:2.7 (24.5) le vrai concept de la réalité de Dieu est raisonnable pour la logique, plausible pour la philosophie, essentiel pour la religion et indispensable pour tout espoir de survie de la personnalité.

Cela laisse penser que croire en Dieu est nécessaire pour pouvoir survivre. Mais on peut l'interpréter autrement : comme simplement l'affirmation qu'une telle croyance est indispensable pour qu'un mortel espère une vie éternelle.

La certitude qu'il existe une possibilité de survie peut faciliter "psychologiquement" le passage. Mais pourquoi le refus de cette hypothèse le fermerait-il définitivement ?

Se dire athée signifie souvent rejeter seulement une certaine vision de Dieu, celle véhiculée par le christianisme institutionnel, lequel « draine un bon nombre d’anciens marécages païens et bien des marais du barbarisme » (2083.7). Il existe aussi une différence entre « athéisme » et « religion sans Dieu ». On peut croire en une vie après la mort sans nécessairement adhérer au concept d'un dieu personnel. De fait, certains athées idéalistes parce qu'exigeants sur la nature de Dieu pourraient être plus proches de Dieu que bien des croyants…

Survivre à la mort physique n'est pas forcément l'assurance de la vie éternelle. Le chemin peut être long jusqu'à la fusion avec l'ajusteur, laquelle n'est pas garantie à cent pour cent. Et le moment venu, ce que nous étions lors de notre très lointaine et fugitive existence terrestre n'est pas ce qui fera la différence, mais ce que nous serons alors.

Ou plutôt ce que nous nous efforcerons d'être :

111:1.5 (1216.6) Ce qui assure la survie n’est pas tellement ce que le mental comprend, mais plutôt ce que le mental cherche à comprendre. Ce n’est pas tellement ce à quoi le mental ressemble, mais ce à quoi le mental s’efforce de ressembler, qui constitue son identification à l’esprit. (…) Ce que vous êtes aujourd’hui n’est pas aussi important que ce que vous devenez jour après jour et dans l’éternité.

Ce paragraphe comporte aussi la phrase suivante : « Ce n’est pas tant le fait pour l’homme d’être conscient de Dieu qui se traduit par son ascension de l’univers, mais plutôt son désir ardent de rencontrer Dieu. »

Nombre de non-croyants n'admettent-ils pas être tenus à distance de la foi simplement par le silence de Dieu ? Celui qui ne demande qu'à croire en Dieu est peut-être plus près de Le voir que d'autres qui prétendent parler ou agir en son nom…
Dernière édition: il y a 6 mois, 3 semaines par Le Coeur. Raison: style
Temps de génération de la page: 0.23 secondes