Bienvenue, Invité
Nom d'utilisateur Mot de passe: Se souvenir de moi

La cinquième révélation. Le livre d'Urantia
(1 visualisation(s)) (1) Invité
sous titre cinquième révélation

SUJET: La cinquième révélation. Le livre d'Urantia

Re: La cinquième révélation. Le livre d'Urantia il y a 4 mois, 1 semaine #3187

  • tor
  • Hors ligne
  • Platinum Boarder
  • Message: 606
  • Karma: 2
Il faut remercier Bonabo pour ses deux derniers messages qui permettent de clarifier la différence entre les fruits sociaux et les fruits de l’esprit – mais quand il dit que c’est facile de distinguer entre les fruits sociaux et les fruits de l’esprit – je suis perplexe..

On est en présence de deux sortes de fruits - un qui permets de survivre - l’autre n’a pas de valeur de survie et amène à la destruction de la créature.

Ceci est une question de vie et de mort éternelle

Il y a des gens qui pensent qu’il suffit de lire le livre d’Urantia pour survire.
Je crois qu’Ils se trompent

C’est du temps consacre au service qui permets de survivre
Sans un programme de service l'indivdu a peu de chances de survivre
truthbook.com/urantia/topical-studies/service
Dernière édition: il y a 4 mois, 1 semaine par Bgondontaire.

Re: La cinquième révélation. Le livre d'Urantia il y a 4 mois, 1 semaine #3188

Bonjour à tous et toutes.

Tor a écrit:
Il y a des gens qui pensent qu’il suffit de lire le livre d’Urantia pour survire.
Je crois qu’Ils se trompent


Non il ne suffit pas de lire des livres pour survivre.

Dieu est ce qui est le plus réel dans l'univers. Pour bien servir les hommes il faut sincèrement adorer Dieu la Source de l'amour. J'adore Dieu et je sers les hommes. Si je ne crois pas que Dieu existe je ne vais pas l'adorer ni faire le choix de faire Sa volonté. Même nos décisions doivent être éclairées par l'adoration sincère de Dieu.

Claude.
Dieu est notre Père qui nous aime.

Re: La cinquième révélation. Le livre d'Urantia il y a 4 mois, 1 semaine #3189

Pour votre progrès spirituel avez vous essayé l'isolement seul avec Dieu comme Jésus a fait?

134:7.6 (1492.6) L’Ajusteur de Pensée intérieur conduisit alors Jésus à abandonner les lieux d’habitation des hommes et à se rendre sur le mont Hermon pour y achever de maitriser son mental humain et pour parachever sa consécration totale au reste de l’œuvre de sa vie sur terre.

134:7.7 (1492.7) Ce fut l’une des époques inhabituelles et extraordinaires de la vie du Maitre sur Urantia. Une autre expérience très similaire fut celle par laquelle il passa, seul dans les collines voisines de Pella, tout de suite après son baptême. Cette période d’isolement sur le mont Hermon marqua la fin de sa carrière purement humaine, c’est-à-dire la terminaison technique de son effusion mortelle, tandis que l’isolement ultérieur marqua le commencement de la phase plus divine de son effusion. Jésus vécut seul avec Dieu durant six semaines sur les pentes du mont Hermon...
Dieu est notre Père qui nous aime.
Dernière édition: il y a 4 mois, 1 semaine par claude martel en tête. Raison: correction

Re: La cinquième révélation. Le livre d'Urantia il y a 3 mois, 3 semaines #3211

  • Lucas
  • Hors ligne
  • Gold Boarder
  • "donner priorité aux valeurs spirituelles"p1581.
  • Message: 186
  • Karma: 0
Bonjour,
le message de tor d'il y a presque 3 semaines sur l'importance du service pour être sauvé me rappelle un épisode de la Vie de Jésus. Le 30 avril 29, un jour de sabbat à la synagogue de Capharnaüm, Jésus a fait un discours sur le Pain de Vie après la multiplication des pains (c'est dans le fascicule 153 Crise à Capharnaüm) et affirma : "ceux qui croient sincèrement ce Fils ont déjà la vie éternelle" (p 1711,3).
Pour Jésus, il était plus important d'être droit avant de se préoccuper de faire le travail, avant d'agir avec droiture (1584.4). Et "Le Maître expliquait tout le temps à ses apôtres désorientés que le salut qu'il était venu apporter au monde ne pouvait s'obtenir qu'en croyant, par une foi simple et sincère." (Même paragraphe).
Les problèmes nous sont nécessaires pour progresser, les fruits de l'Esprit suivent la foi des croyants mais ils ne sont la cause du salut, bien plutôt la conséquence.
À l'époque de Jésus, les pharisiens croyaient qu'il fallait faire beaucoup de choses pour être sauvés, ou du moins acceptables devant Dieu. Jésus prônait un service intelligent de nos semblables, répondant réellement à leurs besoins.
Voici la réponse que Jésus a donné à la question de Rachel, "Maître, que devons-nous répondre lorsqu'une femme nous demande : Que dois-je faire pour être sauvée ?" :
(150.0) 150:5.2 “ Quand des hommes et des femmes vous demanderont ce qu’il faut faire pour être sauvés, vous répondrez : Croyez à cet évangile du royaume, acceptez le pardon divin. Reconnaissez, par la foi, l’esprit intérieur de Dieu dont l’acceptation vous rend fils de Dieu. N’avez-vous pas lu dans les Écritures les passages disant : ‘Ma droiture et ma force résident dans le Seigneur.’ Et aussi ceux où le Père dit : ‘Ma justice est proche, mon salut est manifesté et mes bras entoureront mon peuple.’ ‘Mon âme se réjouira de l’amour de mon Dieu, car il m’a revêtu des vêtements du salut et m’a couvert de la tunique de sa droiture.’ N’avez-vous pas également lu que l’on appellera le Père ‘le Seigneur de notre droiture.’ ‘Enlevez les haillons du pharisaïsme et revêtez mon fils de la robe de la justice divine et du salut éternel.’ Il est perpétuellement vrai que ‘le juste vivra par sa foi.’ L’entrée dans le royaume du Père est entièrement libre, mais le progrès – la croissance en grâce – est indispensable pour y rester.

(150.0) 150:5.3 “ Le salut est le don du Père, et il est révélé par ses Fils. Son acceptation de votre part, par la foi, fait de vous un participant de la nature divine, un fils ou une fille de Dieu. Par la foi, vous êtes justifiés ; par la foi, vous êtes sauvés ; et, par cette même foi, vous avancez éternellement dans le chemin de la perfection progressive et divine. Abraham fut justifié par la foi et rendu conscient du salut par les enseignements de Melchizédek. Tout au long des âges, cette même foi a sauvé les fils des hommes, mais, aujourd’hui, un Fils est venu du Père pour rendre le salut plus réel et plus acceptable. ”

(150.0) 150:5.5 Jésus se résuma en disant : “ On ne peut ni acheter le salut ni gagner la droiture. Le salut est le don de Dieu et la droiture est le fruit naturel de la vie née d’esprit, vie de filiation dans le royaume. Vous ne serez pas sauvés pour avoir vécu une vie de droiture ; si vous la vivez, c’est plutôt parce que vous avez déjà été sauvés, parce que vous avez reconnu la filiation comme le don de Dieu, et le service dans le royaume comme le délice suprême de la vie terrestre. Quand les hommes croient à cet évangile, qui est une révélation de la bonté de Dieu, ils sont amenés à se repentir volontairement de tous les péchés connus. La réalisation de la filiation est incompatible avec le désir de pécher. Ceux qui croient au royaume ont faim de droiture et soif de perfection divine. ”

L'enseignement de Jésus dépendait principalement des circonstances ; il est impossible de le résumer bien sûr. On voudrait toujours ajouter quelque chose, alors, c'est juste un essai de réponse de ma part sur ce sujet.

Re: La cinquième révélation. Le livre d'Urantia il y a 3 mois, 2 semaines #3212

  • samuel
  • Hors ligne
  • Gold Boarder
  • Lecteur et étudiant du livre d’Urantia depuis 2001
  • Message: 167
  • Karma: 0
Aimer, accueillir, accompagner .





Aimer c'est servir en actions !

« C’est de l’abondance du cœur que la bouche parle » (Lc 6.45)



« Aimer » …


ce verbe est probablement celui qui caractérise le plus l’homme. Or ce dont on parle le plus, ce qui est le plus visible, le plus fréquent, le plus annoncé, c’est la carence, le mal d’amour. Pourtant il y a aussi l’amour qui donne, qui se donne.



Aimer émane d’abord d’un choix


II s’agit de refuser l’indifférence ; refuser d’y céder mais aussi s’engager aux côtés de ceux qui ont trop souffert. C’est accepter de soutenir, de répondre au regard d’angoisse de l’enfant qui n’ose plus croire à l’affection et à la confiance. C’est aussi choisir de se laisser atteindre par ce que l’autre éprouve : colère, révolte, haine, méchanceté, rejet, détresse, quête envahissante d’affection… C’est choisir de ne pas rejeter, à notre tour, ce que cela nous fait vivre ; de ne pas renvoyer ou bousculer l’enfant ; de ne pas le laisser seul face à ses sentiments… Cela pourrait aussi s’appeler la miséricorde (1 Co 13).



Aimer représente un choix pédagogique qui va privilégier un mode de vie et des valeurs directement inspirés de l’enseignement de l’Evangile. C’est croire qu’il est possible de transmettre des valeurs comme la vérité, l’honnêteté, le respect de l’autre, le sens du devoir, de la responsabilité (Dt 6). C’est croire aussi qu’il est possible de montrer toute la puissance de vie et de guérison qui est contenue dans la pratique du pardon reçu et donné (2 Co 5.7).



Aimer représente une volonté


Il s’agit de mettre en œuvre l’amour au travers de nos attitudes, de nos réponses. L’amour est volontaire dans ce qu’il contient l’ambition en faveur de celui qui est aimé. Il est animé du souci de se mobiliser, de le mobiliser pour lui-même, de le protéger. C’est l’amour qui nous pousse à agir sur l’environnement en faveur de celui qui nous est confié, à agir sur sa personne en vue de sa croissance. C’est aussi l’amour qui nous invite à choisir pour but de le conduire vers la maturité, vers l’accomplissement qui le rendra capable d’aimer à son tour (2 Tm 2.2).





Accueillir…


ou le deuxième guide de notre approche pédagogique. Le versant le plus connu de ce verbe prend corps dans le concept d’hospitalité (Mt 10.40-42). De même que dans le chapitre précédent, notre approche consistera à conjuguer ce verbe sur les deux facettes du choix et de la volonté.



Accueillir est un choix


C’est refuser de laisser un enfant seul face à lui-même, face aux circonstances familiales et sociales qui auront été jugées suffisamment préjudiciables pour qu’une décision d’intervention soit prononcée. C’est refuser la rupture, refuser que le lien se casse. « Refuser que le lien d’origine se casse » devient alors : tendre la main aux familles en difficulté. C’est reconstituer une histoire personnelle, aider l’enfant à se situer dans les circonstances de sa vie.



« Refuser qu’au quotidien le lien se casse » revient à lutter contre toute distance relationnelle qui pourrait s’établir entre l’enfant et nous. C’est faire le pas du pardon, aller à la recherche de la relation que l’enfant rejette pour un temps ou par habitude. C’est refuser, envers et contre tout, la rupture de la relation. Ne pas renoncer ni abandonner, parce que l’on a choisi qu’il en soit ainsi.



Accueillir, c’est le choix d’une approche pédagogique telle que la Bible nous la propose. C’est considérer que l’enseignement de l’amour du prochain est particulièrement adapté concernant l’enfant en difficulté. C’est croire que l’amour enseigné et inspiré par Jésus-Christ est véritablement efficace lorsqu’il s’agit de panser un être blessé ou meurtri (Mt 5.4, 6).



Accueillir est une volonté


Cette volonté nous dicte de nous tourner à nouveau vers l’autre, que ce soit celui qui arrive, ou celui qui revient. Cette volonté nous rend disponible, au-delà de nos états intérieurs et de nos sentiments.



Cette volonté nous fait renoncer à nos désirs pour nous consacrer en priorité aux besoins de l’autre.





Accompagner


Le troisième mot de notre titre pourrait représenter avant tout le refus de la routine et la volonté de se rappeler que l’on a choisi d’être là et donc de mobiliser sa volonté pour rester attentif à l’enfant. C’est aussi remettre en cause la perception que l’on a de lui, lui accorder le droit d’évoluer et rester vigilant pour ne pas l’enfermer dans une caricature ou un rôle, un personnage.



Accompagner l’enfant, c’est voir tous les progrès qu’il est ou sera capable de faire.


C’est voir en lui un bénéficiaire de la grâce divine qui restaure, guérit, met en liberté (Rm 8.2), qui anoblit l’être humain pour en faire un fils ou une fille de Roi.



Conforme à l’enseignement biblique, accompagner caractérise une attitude pédagogique. Elle repose sur le fait que l’enfant doit être formé, enseigné, éduqué (Dt 4.9, Ep 6.4). Il y a donc, dans l’accompagnement, une volonté précise : transmettre la connaissance intellectuelle, la pratique des actes de la vie courante, les « savoir-faire » et les « savoir-être ». Transmettre se complète par préparer, armer : rendre l’enfant capable d’affronter la vie et la société avec la capacité de faire des choix et de les tenir.



Enfin, accompagner se réalise dans « affermir »,


faire du jeune homme ou de la jeune fille un être accompli « propre à toute bonne œuvre » c’est-à-dire avec des choix de vie établis et une ligne de conduite déterminée.



N’avons-nous pas été aimés, accueillis par le Père et le Fils, ne sommes-nous pas nous-mêmes accompagnés par l’Esprit ?



Bien à vous tous.

Samuel
« L'esprit intuitif est un don sacré et l'esprit rationnel est un serviteur fidèle. Nous avons créé une société qui honore le serviteur et a oublié le don.» - Albert Einstein

Re: La cinquième révélation. Le livre d'Urantia il y a 3 mois, 2 semaines #3213

  • tor
  • Hors ligne
  • Platinum Boarder
  • Message: 606
  • Karma: 2
Le livre d’Urantia utilise plusieurs termes pour designer Dieu, notre Père.
Je viens de trouver cette liste sur un site Urantien.
On voit que le mot « Father» est imporant.

Il y a même « le Père des Pères »

Names Given for the Universal Father

The Father
God the Father
The First Source
The Universe Center
The First Father
The Creator
The First Source
and Universe Center
The First Source and Center
The Universal Father
The Paradise Father
The Creator Father
The First Great Source and Center
The Universal Center

The First Creative Source
and Divine Center
The Father of Universes
The Infinite Upholder
The Divine Controller
The Father of Lights
The Gift of Life
The All-powerful One
Father of Fathers
The Paradise Father
The Havona Father
The Spirit Father
Our Father
God


(1.0) 1:1.5 Sur les mondes où un Fils du Paradis a vécu une vie d’effusion, Dieu est généralement connu par quelque nom indiquant une relation personnelle, une tendre affection et une dévotion paternelle. Au siège de votre constellation, on se réfère à Dieu comme Père Universel. Sur différentes planètes de votre système local de mondes habités, il est diversement connu comme le Père des Pères, le Père du Paradis, le Père de Havona et le Père Esprit.
Temps de génération de la page: 0.28 secondes