Bienvenue, Invité
Nom d'utilisateur Mot de passe: Se souvenir de moi

La quatrième révélation. Jésus de Nazareth
(1 visualisation(s)) (1) Invité
sous titre quatrième révélation

SUJET: La quatrième révélation. Jésus de Nazareth

Re: La quatrième révélation. Jésus de Nazareth il y a 3 mois #2413

  • tor
  • Hors ligne
  • Platinum Boarder
  • Message: 450
  • Karma: 2
Le livre d'Urantia – Fascicule 179, Le dernier souper

3. Le lavement des pieds des apôtres

(179.0) 179:3.3 Après ces quelques moments de grand embarras, Pierre dit : “ Maître, as-tu réellement l’intention de me laver les pieds ? ”

Relevant la tête pour regarder Pierre en face, Jésus dit :

“ Peut-être ne comprends-tu pas pleinement ce que je vais faire, mais, plus tard, tu connaîtras la signification de toutes ces choses. ”

Alors, Simon Pierre prit une longue respiration et dit : “ Maître, jamais tu ne me laveras les pieds. ”


Urantia_jesus_washing_feet.jpg


Mais après avoir écouté les explications de Jésus, Simon Pierre dit :

Alors, Maître, ne me lave pas seulement les pieds, mais aussi les mains et la tête.


L'apôtre Simon Pierre était un orateur éloquent et un entraîneur d’hommes. mais il passait parfois soudainement d’un extrême à l’autre d'après le livre d'Urantia

Pierre représentait l’une des combinaisons les plus inexplicables de courage et de lâcheté que l’on ait jamais vues sur terre.
Dernière édition: il y a 3 mois par Bgondontaire.

Re: La quatrième révélation. Jésus de Nazareth il y a 2 mois, 3 semaines #2426

  • Bgondontaire
  • Hors ligne
  • Administrateur
  • Message: 101
  • Karma: 0
Jésus devant Pilate - "OUI,JE SUIS UN ROI"

urantia.fr/index.php/4-la-vie-et-les-ens...gement-devant-pilate

J_H_Hartley_Jesus_before_Pilate_700.jpg


(185.0) 185:3.4 “ Alors, après tout, tu es un roi ? ” dit Pilate. Et Jésus répondit : “ Oui, je suis un roi de ce genre, et mon royaume est la famille de ceux qui, par la foi, sont fils de mon Père qui est aux cieux

(185.0) 185:8.1 Incarné en tant que Fils de l’Homme, le Fils de Dieu se tenait là. Il avait été arrêté sans inculpation, accusé sans preuves, jugé sans témoins, puni sans verdict et il allait bientôt être condamné à mort par un juge injuste qui confessait ne pouvoir trouver aucune faute en lui.

Si Pilate avait cru pouvoir faire appel à leur patriotisme en appelant Jésus “ le roi des Juifs ”, il avait complètement échoué
Dernière édition: il y a 2 mois, 3 semaines par Bgondontaire.

Re: La quatrième révélation. Jésus de Nazareth il y a 1 mois, 2 semaines #2478

  • tor
  • Hors ligne
  • Platinum Boarder
  • Message: 450
  • Karma: 2
Le doute sur le sentier....

Parfois les hommes/femmes doutent de leurs engagements - L'apôtre Thomas est un exemple

Jésus a compris cela puisque il a intégré Thomas, l'apôtre qui douté honnêtement, dans son équipe

8. Thomas Didyme

(139.0) 139:8.1 Thomas était le huitième apôtre et fut choisi par Philippe.

(139.0) 139:8.6 Jésus prenait beaucoup de plaisir à la compagnie de Thomas et eut de nombreuses et longues conversations personnelles avec lui. La présence de Thomas, parmi les apôtres, était un grand réconfort pour tous les sceptiques honnêtes ; elle encouragea nombre de personnes au mental tourmenté à entrer dans le royaume, même si elles ne pouvaient comprendre entièrement tous les aspects spirituels et philosophiques des enseignements de Jésus.

L’admission de Thomas parmi les douze était une proclamation permanente que Jésus aimait même ceux qui doutaient honnêtement.


apotres.urantia.eu/index.php/8-thomas-didyme


Les philosophes posent souvent la question – Le doute est-il un moteur pour aller plus loin ?

Le témoignage d’abbé Pierre et de mère Theresa semble aller dans ce sens

Dernière édition: il y a 1 mois, 2 semaines par Bgondontaire.

Re: La quatrième révélation. Jésus de Nazareth il y a 1 mois, 1 semaine #2479

  • Lucas
  • Hors ligne
  • Expert Boarder
  • "donner priorité aux valeurs spirituelles"p1581.
  • Message: 154
  • Karma: 0
Quand je pense à Mère Thérésa,et que j'entends dans cette vidéo que son âme était un bloc de glace d'après on propre témoignage, que j'entends rappeler qu'elle a douté dans sa foi, que selon ses propres paroles, si un jour elle serait sainte, elle serait associée aux t́enèbres, je me souviens de ce passage du LU : "La conscience humaine rattache l'impulsion du Moniteur d'esprit à la tendance à être altruiste, à penser fraternellement ; c'est du moins l'expérience première et fondamentale du mental de l'enfant. Quand l'enfant grandissant ne réussit pas à unifier sa personnalité, la tendance altruiste peut s'hypertrophier au point de nuire sérieusement au bien-être du moi. Une conscience qui manque de discernement peut devenir responsable de beaucoup de conflits, soucis et tristesses, et de malheurs humains sans fin." 1132,0.
Ce passage dit que l'on peut être trop altruiste et se faire du mal à soi-même. Si je l'interprète bien, il nous encourage à être modéré dans la charité. Jésus disait "soyez prudents comme des serpents et purs comme des colombes". Plus haut, dans le même chapitre, on lit : "L'Ajusteur de Pensée tient compte de la valeur des mobiles égoïstes de la personnalité, mais s'arrange pour attribuer une légère préférence aux impulsions altruistes qui conduisent au but du bonheur humain et aux joies du royaume des cieux." (3 § avant). Une "légère préférence" donnée aux impulsions altruistes devrait nous conduire au bonheur. Si ce n'est pas le cas, c'est peut-être que celui ou celle qui s'est engagé dans la voie de la charité est allé(e) trop loin. Jésus se ménageait des temps d'adoration chaque jour, comme Rodan d'Alexandrie en a témoigné, pour se recharger spirituellement.
Quand je pense à Thomas l'apôtre, je pense non pas à Mère Thérésa, mais plutôt à un croyant au mental scientifique et à l'esprit critique. Je pense ressembler à cet homme, toutes proportions gardées, car lui a été investi d'une grande mission et l'a accomplie avec une ferveur, un courage et une abnégation admirables et saints. Mais j'ai aussi tendance à réfléchir et voir des contradictions. Par exemple, je me demande pourquoi on trouve l'expression 'Heureux' répétée dans le sermon d'ordination là où le mot hébreu est 'ashréi'(dans nos sons français) selon la traduction d'André Chouraqui, et non 'makario/i'. Le mot 'ashréi' signifie l'idée de droiture, de rectitude, d'un homme en marche sur une route sans obstacle vers Dieu. (Je ne lis pas l'hébreu ou le grec, mais je me fie aux commentaires sur ce passage). Les révélateurs ont donc choisi une version de traduction moderne qui ne collerait pas aux mots historiques hérités dans les premiers temps par les oraux et écrits des premiers chrétiens évangélistes
Parfois dans le LU, la contradiction est flagrante, comme dans le passage où on fait la liste des sept pères qu'un mortel évolutionnaire devrait apprendre à connaitre (p 587), qui est contredit par un autre passage qui dit qu'on ne peut avoir qu'un père seulement. Véritablement, plus on lit le Livre d'Urantia et d'autres livres, plus on vérifie le passage qui dit "Plus une créature a une éducation élevée, plus elle a de respect pour le savoir, l'expérience et l'opinion d'autrui." 278,3. Cela viendrait du fait que "la cristallisation intellectuelle de concepts religieux équivaut à la mort spirituelle." P 1120. Cela signifierait que l'on peut être faible ou malade spirituellement aussi pour n'avoir pas ouvert son esprit en restant trop proche d'un enseignement dogmatique. Un jour j'ai ressenti cela : comme un malaise spirituel pour avoir entendu trop d'idées cristallisées dans une réunion religieuse. Une tristesse descend sur vous... Puis je me suis souvenu de cette phrase : "la cristallisation de concepts religieux équivaut à la mort spirituelle" !
"Là où est l'esprit du Seigneur, là est la liberté "."La croissance spirituelle atteint son maximum quand toutes les contraintes extérieures sont réduites au minimum." (Deux phrases du même paragraphe p 1135,1)
Cet utilisateur a été remercié pour son message par: Dominikos

Re: La quatrième révélation. Jésus de Nazareth il y a 1 mois, 1 semaine #2480

  • andre
  • Hors ligne
  • Expert Boarder
  • pominville@libero.it
  • Message: 100
  • Karma: 1
Bonjour à tous-tes,

Cher Tor très pertinent ton partage sur les hauts et les bas d'un cheminement spirituel.
À part Thomas on retrouve un autre fils de Dieu qui a douté beaucoup de son engagement. Sa foi a été mise à rude épreuve.

Jean en prison. 135:11.1

Re: La quatrième révélation. Jésus de Nazareth il y a 1 mois, 1 semaine #2481

  • Le Coeur
  • Hors ligne
  • Expert Boarder
  • Message: 142
  • Karma: 1
Bonjour,

Lucas écrit:
je me demande pourquoi on trouve l'expression 'Heureux' répétée dans le sermon d'ordination là où le mot hébreu est 'ashréi'(dans nos sons français) selon la traduction d'André Chouraqui, et non 'makario/i'. Le mot 'ashréi' signifie l'idée de droiture, de rectitude, d'un homme en marche sur une route sans obstacle vers Dieu.

Lorsque les révélateurs nous enseignent les évènements auxquels la bible se rapporte, ils affirment se référer aux faits réels, aux paroles effectivement prononcées, et aux concepts authentiques étant à l'origine de cette tradition. Mais lorsqu'ils citent des passages de la Bible à des évangéliques du début du vingtième siècle, ils ne peuvent faire autrement que de citer les textes que ceux-ci connaissent.

Or, à l'époque où fut livré le contenu des fascicules, quasiment aucun chrétien ne connaissait les livres saints autrement qu'à travers les versions traditionnelles, dans lesquelles, modernisés ou non, beaucoup de mots essentiels s'éloignent du sens original, quand ils ne se sont pas de simples retranscriptions non-traduites, et donc totalement dénués de sens dans les langues de destination (comme Christ, église, ange, séraphin, diable, Satan, mystère, évangile…).

C'est d'ailleurs pour corriger ce défaut majeur qu'André Chouraqui s'est attelé à cette vaste entreprise de retraduction.

Cependant…

Lucas écrit:
Les révélateurs ont donc choisi une version de traduction moderne qui ne collerait pas aux mots historiques hérités dans les premiers temps par les oraux et écrits des premiers chrétiens évangélistes

Aussi fidèle que puisse être une traduction, le LU nous indique très clairement que le texte biblique original, aussi ancien soit-il, n'est de toute façon pas conforme à la vérité, l'Ancien Testament ayant été falsifié volontairement par les prêtres judéens (1023.6 et 1070.4 à 1071.5) et les Evangiles contenant nombre d'erreurs, omissions, détournements et ajouts déplacés, commis par les évangélistes eux-mêmes où leurs successeurs (voir entre autres 1341.2 et suivants)

Il faut donc avoir conscience que le Livre d'Urantia n'est pas seulement un complément aux révélations antérieures, comme le considèrent certains chrétiens, mais aussi une correction, et donc un texte de référence à opposer aux traditions précédentes.

Lucas écrit:
Parfois dans le LU, la contradiction est flagrante, comme dans le passage où on fait la liste des sept pères qu'un mortel évolutionnaire devrait apprendre à connaitre (p 587), qui est contredit par un autre passage qui dit qu'on ne peut avoir qu'un père seulement.

La vérité naît de la contradiction .

Quelle vérité ? Celle-ci : la condition de mortel est transitoire, et le parcours évolutionnaire, aussi long nous paraîtra-t-il, n'est qu'un clin d'œil dans l'éternité.

En tant que mortels , nous sommes certes appelés à faire (587.4) « l'expérience de reconnaitre sept pères » (bien que cela fasse plutôt neuf, puisqu'à la sixième étape il s'agit des trois Anciens des Jours).

Mais tous ces pères sont des pères d'emprunt, de substitution… notre seul et vrai père, par lequel nous, humains, anges ou dieux, sommes tous frères, c'est le septième, le Père Universel.

Personne d'autre n'est un vrai père. Et par conséquent nous-même ne le sommes pas davantage. C'est pourquoi nos enfants ne sont pas nos enfants. Avant même d'avoir atteint le Paradis, nous ne les considérerons eux-mêmes que comme nos frères et sœurs, et plus tard nous considérerons de même toutes ces hautes figures paternelles.

Tor écrit:
Le doute sur le sentier…
Parfois les hommes/femmes doutent de leurs engagements - L'apôtre Thomas est un exemple
Jésus a compris cela puisque il a intégré Thomas, l'apôtre qui douté honnêtement, dans son équipe

Quelles que soient nos croyance, elles se fondent principalement sur une chose : notre propre personnalité.

Pourquoi adhérons-nous à cette révélation, et pas à une autre parmi les centaines apparues sur la terre avant, pendant ou après celle-ci ?
Parce qu'elle nous convient.
Si nous prêchons alors cette croyance comme la vérité, ce n'est pas parce qu'elle est la vérité, mais c'est simplement parce que nous l'avons choisi, et décidons en conséquence qu'elle est la vérité.
C'est d'ailleurs pourquoi nous sommes responsables de nos croyances.

Mais c'est aussi pourquoi, puisqu'elles sont basées sur notre propre intelligence, et ses limites, sur nos propres aspirations, espoirs et frustrations, notre propre vécu, et que nous ne sommes pas l'égal de Dieu, il est assez sain, ne serait-ce que par humilité, de remettre en question régulièrement nos choix, nos adhésions.

La croyance, au demeurant, n'est pas la foi.
Et puisque le doute doit profiter à l'accusé…
Doutons donc, car l'accusé… c'est nous.
Dernière édition: il y a 3 semaines, 6 jours par Le Coeur. Raison: forme
Temps de génération de la page: 0.34 secondes