Bienvenue, Invité
Nom d'utilisateur Mot de passe: Se souvenir de moi

Lazare, le frère de cœur de Jésus
(1 visualisation(s)) (1) Invité
sous titre quatrième révélation
  • Page:
  • 1

SUJET: Lazare, le frère de cœur de Jésus

Lazare, le frère de cœur de Jésus il y a 1 an, 8 mois #2245

  • Le Coeur
  • Hors ligne
  • Gold Boarder
  • Message: 244
  • Karma: 1
Lazare, le frère de cœur de Jésus

Bonjour,

Comme le rappelle Tor, dans le fil sur la Vie Morontielle, la résurrection de Lazare est un évènement unique dans l'histoire de la Terre. Une fois le miracle accompli, nous dit le Livre d'Urantia…

168:2.8 (1846.7) Gabriel (…) fit enregistrer le premier – et le dernier – cas, sur Urantia, de résurrection d’une créature mortelle dans la similitude de son corps physique mortel.

Cet exploit avait exigé un vrai déploiement de force :

168:1.11 (1845.2) Cette forme de résurrection implique des difficultés d’exécution qui transcendent de loin la technique habituelle de résurrection des créatures mortelles sous forme morontielle ; elle exige le concours d’un bien plus grand nombre de personnalités célestes et un appel beaucoup plus étendu aux ressources de l’univers.

Ce n'est donc pas simplement par amitié et compassion que Jésus prit cette décision. Les conséquences de cet acte si rare, en effet, furent considérables. D'abord pour la diffusion du message et la renommée de Jésus:

168:2.10 (1846.9) Beaucoup crurent en Jésus à la suite de cette œuvre puissante (…) Dès le lendemain midi, cette histoire s’était répandue dans tout Jérusalem. Des dizaines d’hommes et de femmes allèrent à Béthanie pour contempler Lazare

168:3.1 (1847.1) Le témoignage de cet homme ressuscité d’entre les morts contribua beaucoup à consolider la foi de la masse des croyants à l’évangile du royaume (…)

Ensuite, et surtout, cela fut essentiel pour l'accomplissement de la destinée humaine de Micaël :

168:3.1 (1847.1) Les pharisiens alarmés et déconcertés convoquèrent précipitamment une réunion du sanhédrin pour décider ce qu’il fallait faire concernant ces nouveaux développements de la situation

168:3.5 (1847.5) Quelle que fût la source de son pouvoir d’accomplir des prodiges, les dirigeants juifs étaient persuadés que, si l’on n’y mettait pas fin immédiatement, tout le peuple ne tarderait pas à croire en Jésus, et qu’en outre, il surgirait de graves complications avec les autorités romaines, car beaucoup de ses disciples le considéraient comme le Messie, le libérateur d’Israël.

168:3.3 (1847.3) Une fois déjà, le sanhédrin était allé jusqu’à déclarer que Jésus devait mourir, mais c’était la première fois que ce tribunal enregistrait le désir de décider sa mort préalablement à tout jugement.

La plupart des soutiens de Jésus à cette assemblée la quittèrent, scandalisés, et les autres furent révoqués. De sorte que…

168:3.3 (1847.3) Après l’éviction de ces dix-neuf hommes, le sanhédrin était en mesure de juger et de condamner Jésus avec une solidarité voisine de l’unanimité.

La résurrection de Lazare, qui conduisit à « hâter leur décision de supprimer Jésus et de mettre fin à son œuvre » avait été manifestement préparée avec soin. Alors que Lazare, en effet, était sur le point de mourir sans que Jésus fût seulement informé de la grave maladie de son ami…

168:1.6 (1844.5) […] les archives de l’univers révèlent que l’Ajusteur Personnalisé de Jésus donna l’ordre de retenir l’Ajusteur de Pensée de Lazare sur Urantia, après la mort de Lazare, pour un temps indéterminé, et que cet ordre fut enregistré officiellement un quart d’heure avant le dernier soupir de Lazare.





Les auteurs s'interrogent sur les larmes versées par Jésus alors qu'il allait ramener son ami d'entre les morts, et nous nous livrent certaines de leurs hypothèses (1844.1). Il en est une qui n'est pas proposée : les conséquences immenses de cette acte. En effet, c'est sans doute l'avenir de l'humanité qui dépendait du choix que ferait alors Le Fils de l'Homme. Mais également, c'est là que se jouait le destin de son peuple, la nation juive. Quand on sait le sort tragique qui fut le sien, suite au martyr du Christ, on peut comprendre que celui-ci ait abordé ce moment avec une certaine émotion.

Les circonstances mêmes de la première rencontre entre Jésus et Lazare apparaissent alors comme très symboliques, sachant tout ce qui devait en advenir. Elle eut lieue en effet la veille de Pâques, durant le premier voyage que fit à Jérusalem le jeune Jésus, qui avait tout juste l'âge requis pour participer aux cérémonies (1375.3). Durant ce séjour, Jésus vit Lazare à plusieurs reprises, et noua avec lui et ses sœurs des liens fraternels (1380.2).

Vingt-quatre ans après, c'est précisément à l'approche des dernières Pâques de sa vie terrestre qu'il exécuta ce prodige avec Lazare, auprès de qui il vécu ensuite ses derniers jours de paix (1878.1), avant d'entrer, pour la dernière fois, à Jérusalem, à l'occasion des célébrations dont il devait finalement être lui-même l'agneau sacrifié.

On pourrait dire sans doute encore beaucoup de choses sur les liens entre Jésus et Lazare… Je terminerai simplement par une petite remarque : comme Jean Baptiste, qui prépara la voie à Jésus, Lazare, par qui elle parvint à son terme, avait le même âge que le Christ.
Dernière édition: il y a 3 semaines, 3 jours par Le Coeur. Raison: Restauration de l'image

Re: Lazare, le frère de cœur de Jésus il y a 1 an, 8 mois #2302

  • tor
  • Hors ligne
  • Platinum Boarder
  • Message: 604
  • Karma: 2
La résurrection de Lazare selon l’évangile de Jean



Vous pouvez écouter la version du livre d'Urantia ici:
lazare.urantia.ovh/userfiles/images/lazare.mp3
et ici
lazare.urantia.ovh/userfiles/images/resurrection.mp3

Livre d'Urantia. Fascicule 168. La résurrection de Lazare
urantia.fr/index.php/4-la-vie-et-les-ens...surrection-de-lazare
Dernière édition: il y a 1 an, 8 mois par Bgondontaire.

Re: Lazare, le frère de cœur de Jésus il y a 1 an, 8 mois #2307

  • Le Coeur
  • Hors ligne
  • Gold Boarder
  • Message: 244
  • Karma: 1
Tor nous a aussi rappelé récemment que Lazare vécut jusqu'à 67 ans : « il mourut finalement de la même maladie qui l’avait emporté à Béthanie, quand il était plus jeune » (1849.7).

Dans le contexte de la rencontre entre les jeunes Jésus et Lazare, on se souvient de l'émotion de Jésus à Jérusalem, devant les violences perpétrées à l'occasion des fêtes de Pâques :

124:6.14 (1375.8 ) Jésus fut profondément impressionné par le temple (…) Il posa cependant à son père plusieurs questions embarrassantes (comme il l’avait fait en d’autres occasions) sur les raisons pour lesquelles le Père céleste exigeait le massacre de tant d’animaux innocents et sans défense.

125:2.3 (1379.4) Même si jeune et bien qu’il n’eût rien dit à ses parents à ce sujet, Jésus avait commencé à se demander s’il était juste de célébrer la Pâque sans sacrifier d’agneau.¹ Il fut mentalement certain que le spectacle de l’offrande des sacrifices ne plaisait pas au Père céleste (…)

C'est en fait précisément dans la demeure de Lazare que ce trouble se manifesta concrètement. « Le projet avait été de manger la Pâque avec la famille de Marie, mais Jésus persuada ses parents d’accepter l’invitation à se rendre à Béthanie » (1379.2).

125:2.1 (1379.2) Cinq familles de Nazareth furent invitées (…) Simon ayant acheté l’agneau pascal pour toute la compagnie. C’était le massacre en si grand nombre de ces agneaux qui avait tellement affecté Jésus pendant sa visite au temple.

125:2.4 (1379.5) Cette nuit-là, Jésus dormit fort peu. Son sommeil fut grandement troublé par des cauchemars de massacre et de souffrance. Son mental était profondément troublé et son cœur déchiré par les inconséquences et les absurdités théologiques de tout le système cérémoniel juif

125:2.3 (1379.4) au cours des années suivantes, il affermit de plus en plus sa résolution d’établir un jour la célébration d’une Pâque sans effusion de sang.

Outre la grande sensibilité et la profondeur d'esprit révélée ici, on peut noter que très jeune, alors qu'il ne savait encore rien, et pour longtemps encore, de son identité réelle, Jésus rêvait déjà, dans un souci d'établir plus de justice et de vérité, de jouer un rôle spirituel majeur.


Mais il ignorait qu'il faudrait pour cela qu'il fasse justement partie des victimes pascales.

Il ignorait aussi que le fruit de l'amitié, née en ces circonstances, avec Lazare, serait la résurrection de celui-ci vingt-quatre ans plus tard, avec pour conséquences non seulement son propre martyre, mais aussi celui de beaucoup de ses futurs compagnons, de son frère Jacques, et d'une multitude de disciples. C'est peut-être aussi la précognition de toutes ces souffrances qui causa les larmes précédant le miracle.


1. La formulation « Jésus avait commencé à se demander s’il était juste de célébrer la Pâque sans sacrifier d’agneau. » est maladroite, puisque, hors contexte, elle donnerait une signification contraire à la phrase. Une traduction plus conforme de « Jesus had begun to turn over in his mind the propriety of celebrating the Passover without the slaughtered lamb. » (source) devrait plutôt être, si on veut garder l'expression "être juste" pour traduire "the propriety of" : Jésus avait commencé à se demander s’il ne serait pas juste de célébrer la Pâque sans sacrifier d’agneau. On notera que d'autres traductions sont plus fidèles à l'original, comme l'espagnole : « Jesús había comenzado a darle vueltas en la cabeza a la idea de celebrar la Pascua sin el cordero sacrificado. » (source) qui en français donne : Jésus avait commencé à retourner dans sa tête l'idée de célébrer la Pâque sans agneau sacrifié.
Dernière édition: il y a 1 an, 8 mois par Le Coeur.
  • Page:
  • 1
Temps de génération de la page: 0.22 secondes