Bienvenue, Invité
Nom d'utilisateur Mot de passe: Se souvenir de moi
Caligastia sous titre

SUJET: La rébellion de Lucifer

Re: La rébellion de Lucifer il y a 2 semaines, 1 jour #2948

  • samuel
  • Hors ligne
  • Expert Boarder
  • Lecteur et étudiant du livre d’Urantia depuis 2001
  • Message: 88
  • Karma: 0
Salut les amis,

Je ne sais pas si je suis bien le cours de la discutions. (Sourire)

Peut-on voir cela « simplistement » comme une extériorisation de la Source Centre en une hiérarchisations descendante du plus parfait au moins parfait ?

Si tel est le cas, les erreurs d’un superunivers ne change en rien la nature du Père Universel, Car il à quelque part déléguer à ceux qui nous supervisent la responsabilité de prendre des décisions concernant le bon déroulement du plan.

Et ceux qui nous supervisent sont eux même superviser par une hiérarchie qui leurs est supérieure.

FASCICULE 116 - LE TOUT-PUISSANT SUPRÊME – LU/P.1268

« SI L'HOMME reconnaissait que ses Créateurs ­ ses superviseurs immédiats ­ sont finis tout en étant divins, et que le Dieu du temps et de l'espace est une Déité évoluante et non absolue, les contradictions des inégalités temporelles cesseraient d'être de profonds paradoxes religieux. La foi religieuse ne serait plus prostituée à accroitre la suffisance des fortunés, tout en ne servant qu'à encourager une résignation stoïque chez les infortunées victimes des privations sociales.

Quand on examine l'exquise perfection des sphères de Havona, il est à la fois raisonnable et logique de croire qu'elles furent faites par un Créateur parfait, infini et absolu. Avec la même raison et la même logique, toute personne honnête observant le tumulte, les imperfections et les injustices d'Urantia serait forcée de conclure que votre monde a été fait et se trouve dirigé par des Créateurs subabsolus, préinfinis et autres-que- parfaits.

La croissance expérientielle implique une association entre la créature et le Créateur ­ Dieu et l'homme en association. La croissance est la marque distinctive de la Déité expérientielle : il n'y a pas eu de croissance de Havona ; Havona existe et a toujours existé ; c'est un univers existentiel comme les Dieux éternels qui sont sa source. Par contre, la croissance caractérise le grand univers.

Le Tout-Puissant Suprême est une Déité vivante et évoluante de pouvoir et de personnalité. Son domaine présent, le grand univers, est aussi un royaume croissant de pouvoir et de personnalité. La destinée du Tout-Puissant Suprême est la perfection, mais son expérience présente englobe les éléments de croissance et de statut incomplet. »

A plus.
Samuel
Ecoute toujours la voix de ta conscience, elle est ton juge.

Re: La rébellion de Lucifer il y a 2 semaines, 1 jour #2949

  • Le Coeur
  • Hors ligne
  • Gold Boarder
  • Message: 195
  • Karma: 1
Samuel écrit:
Je ne sais pas si je suis bien le cours de la discutions. (Sourire)

Il faut reconnaître qu'on s'est un peu éloigné du sujet.
On parle de Lucifer, et on en arrive à s'interroger sur la nature du Père.
Il est vrai que tout part de Dieu, et tout y revient.

Mais comment ce qui est infini pourrait-il être défini ?
Si l'on s'en tient au vocabulaire… on comprend la difficulté…

Samuel écrit:
« SI L'HOMME reconnaissait que ses Créateurs ­ ses superviseurs immédiats ­ sont finis tout en étant divins, et que le Dieu du temps et de l'espace est une Déité évoluante et non absolue, les contradictions des inégalités temporelles cesseraient d'être de profonds paradoxes religieux.

(…) Quand on examine l'exquise perfection des sphères de Havona, il est à la fois raisonnable et logique de croire qu'elles furent faites par un Créateur parfait, infini et absolu. Avec la même raison et la même logique, toute personne honnête observant le tumulte, les imperfections et les injustices d'Urantia serait forcée de conclure que votre monde a été fait et se trouve dirigé par des Créateurs subabsolus, préinfinis et autres-que- parfaits. »

Nous concevons assez facilement que les créatures, dont nous faisons partie, ne sont pas des êtres absolus, mais relatifs, ou tout au plus subabsolus.

Mais les déités, elles, peuvent fonctionner dans divers registres, voire, pour les premières d'entre elles, dans tous les registres, de l'absolu au relatif, en passant par tout ce qu'il pourrait y avoir entre les deux.

Cette diversité des statuts des déités fondamentales est peut-être l'origine de notre perplexité face à certaines considérations émises à leur sujet par les révélateurs, dont, par ailleurs, la simplicité d'expression n'est pas toujours la vertu première…

morelli écrit:
il me semble qu'il y a un point à éclaircir, c'est le paradoxe de la Source-Centre-Première, qui d'après le L. U. n'a pas perdu ni changé un iota de son statut de totalité d'origine, même après la séquence, arbitraire car c'est un phénomène d'éternité, de donation de soi.

La clé est peut-être la notion de personnalité.

En tant que personnalité, la Source-Centre Première est un des membres de la Trinité.
Mais la Source-Centre Première ne peut être réduite à une personnalité.
Si elle est le Père Universel c'est parce qu'elle est l'expression de la totalité, pas seulement de la réalité spirituelle. C'est ce qui lui donne un statut unique. C'est d'ailleurs sans doute pour compenser cette prééminence originelle qu'elle fait le don de toutes ses prérogatives spirituelles. Question d'équilibre…

Cela dit, En déférant au Fils, par exemple, la personnalité absolue, Dieu ne perd rien par rapport à la situation d'origine. L'infinité non qualifiée étant le siège de l'indifférenciation, aucune personnalité ne peut y être distinguée. C'est pourquoi, même en tant que Déité Totale, Dieu n'a donc pas au départ de réelle personnalité. Ni d'ailleurs de vraies prérogatives spirituelles, puisque la non-qualification empêche de distinguer l'esprit du non-esprit.

La donation qui fait de Lui le Père ne l'amoindrit donc en aucune façon puisqu'elle Lui ajoute, au contraire, quelque-chose qu'Il n'aurait pas autrement : une personnalité.

En tout état de cause, la totalité reste la totalité. Ce qui change… c'est ce qui se produit en son sein. Mais Dieu étant tout, il gagne sur tous les tableaux.

Mais pas en tant que personne : en tant que Déité Totale à présent différenciée, dont le Père Universel « personnalité de la Source-Centre Première » (5.9) n'est qu'un aspect.
Dernière édition: il y a 2 semaines, 1 jour par Le Coeur.

Re: La rébellion de Lucifer il y a 2 semaines #2950

  • morelli
  • Hors ligne
  • Gold Boarder
  • Message: 160
  • Karma: 2
Salut Le Coeur.

Ta façon de voir les choses est séduisante, d'autant que ce thème de discussion est peu habituelle sur ce forum.
La personnalité est effectivement une des acquisitions du Père Universel, quand, je n'en sais rien, mais cela donne à son statut un des aspects le plus compréhensible, car nous en sommes dotés. Néanmoins ces tentatives de compréhension sont certainement vaines, car nous ne pouvons pas appréhender l'Infini étant fini nous-même. Mais si le L. U. consacre des chapitres entiers, entre autres au "JE SUIS", c'est que nous pouvons nous amuser à envisager l'envisageable.
La concession philosophique qui nous est fait au sujet du "JE SUIS" nous permet peut-être, en prenant comme convention mentale la séquence, que le moment que le L. U. qualifie de moniste, inclus quand même la volonté, ce qui me semble est difficile d'envisager sans la manifestation de la personnalité, mais il est précisé qu'elle n'est pas effective dans le "JE SUIS".
Mais la personnalité est un sujet passionnant, car le Père Universel échappe à la personnalité non qualifiée, "par la technique de la trinitisation" 6-7-1, car s'il ne s'en échappait pas, sa diffusion dans l'ensemble du potentiel de la Déité Totale aurait été inévitable, et dans ce cas tout le reste de la création personnelle n'aurait eu aucun moyen de se manifester. C'est certainement pour cette raison que le Fils Eternel subit les entraves directes dont le Père s'est dépouillé.
Nous sommes certainement loin de Lucifer...
Temps de génération de la page: 0.30 secondes