Bienvenue, Invité
Nom d'utilisateur Mot de passe: Se souvenir de moi
Notre Père céleste
  • Page:
  • 1

SUJET: Fraternite humaine

Fraternite humaine il y a 2 semaines, 6 jours #3508

  • Dominikos
  • Hors ligne
  • Gold Boarder
  • Message: 207
  • Karma: 2
Bonjour,

Depuis quelques années nous voyons monter des nationalismes, une suspicion grandissante à la difference, un repli sur soi des peuples occidentaux. Cette vision étroite me paraît évidemment contraire à l’Esprit de Jésus, mais en plus terriblement dangereux pour la paix.
Il y a sans doute beacoup de raisons et explications, entre autres économiques, à cette situation.
Mais en tant qu’étudiant des Fascicules il me paraît interessant de relever ce qu’ils peuvent nous dire sur ces problématiques.

Dans le Fascicule 52 on nous décrit certaines étapes à franchir pour approcher la fraternité sociale, différente de la fraternité spirituelle qui reste encore un avenir plus lointain, mais terriblement dépendant l’une de l’autre.

J’ai relevé cet extrait très intéressant, je pense que cela nous concerne très directement.

52:6.4
2. Fécondation croisée de la pensée.
La fraternité est impossible sur un monde dont les habitants sont trop primitifs pour reconnaitre la folie d’un égoïsme que rien ne vient adoucir. Il faut un échange de littérature internationale et raciale. Chaque race doit se familiariser avec la pensée de toutes les races ; chaque nation doit connaitre les sentiments de toutes les nations. L’ignorance engendre la suspicion, et la suspicion est incompatible avec l’attitude essentielle de sympathie et d’amour.


Qu’en pensez-vous ?

Re: Fraternite humaine il y a 2 semaines, 6 jours #3509

  • jt611121
  • Hors ligne
  • Junior Boarder
  • Message: 28
  • Karma: 0
Bonjour,
l'ignorance engendre la suspicion et la suspicion est incompatible avec l'attitude essentielle de sympathie et d'amour.
Dans tout problème social on est confronté à la dualité du réel et de l'illusion. Le réel est la souveraineté de l'individu et de l'humanité tout entière, et l'illusion est celle de la souveraineté intermédiaire. La suspicion est à l'encontre de l'autre, des autres,
que ce soit quelques uns , beaucoup, ou tout les autres...Mais l'ignorance est le problème de l'individu. L'éducation concerne le groupe, évidemment, mais le groupe n'est qu'une somme d'individus.... Et quand on parle de fraternité sociale, puis spirituelle, le mot clé est fraternité. Et l'on ne peut être frères que par les mêmes parents. En esprit, il y a le Père Universel et la Mère Suprême. Mais la fraternité sociale relève de l'illusion. L'exemple même de la devise républicaine, liberté, égalité, fraternité, le démontre.Où le voisin peut être l'ennemi, alors qu'il a la même nationalité que soi. Qu'il devrait être le frère et non l'adversaire...C'est ainsi que nous nous retrouvons au niveau individuel, avec la foi dans la paternité de Dieu, qui ancre notre filiation, et qui implique la fraternité universelle, de tous les humains de ce monde, des humains de tous les mondes de tout l'univers, et des créatures de toute la création... C'est à partir de là que peut commencer l'attitude essentielle de sympathie et d'amour, qui peut déborder au delà de l'ignorance et de la suspicion. Nous ne pouvons pas faire autrement. Si nous voulons éduquer l'ignorant en lui donnant accès à la culture, aux cultures, sans centrer cette éducation sur la proclamation de l'évangile de Jésus, la paternité de Dieu et la filiation universelle, alors il y a collaboration avec l'illusion de la souveraineté intermédiaire entre l'individu et l'humanité, et donc faille dans le plan pourtant bien intentionné au départ. L'unité de l'humanité ne peut être rendue possible que par la présence intérieure de l'esprit du Père en chacun, et non par le mental, quel qu'éduqué qu'il puisse être. Dans l'approche de l'autre, il faut donc voir en premier l'Ajusteur et ensuite l'individu humain, pour ensuite voir les deux en même temps.Vouloir éduquer l'individu pour éventuellement approcher l'ajusteur en lui seulement après, est une illusion fatale... On ne peut aller vers le frère qu'en le voyant réellement, c'est-à- dire depuis le centre de son être, l'esprit du Père, afin d'accompagner l'épanouissement de ses potentiels personnels. Alors il ne sera plus ignorant, ni suspicieux, mais ouvert, sympathique et aimant.
Soyons ancré dans la lumière et le Père pourra ainsi agir à travers nous.
Amitiés
  • Page:
  • 1
Temps de génération de la page: 0.16 secondes