Bienvenue, Invité
Nom d'utilisateur Mot de passe: Se souvenir de moi
Notre Père céleste
  • Page:
  • 1
  • 2

SUJET: L'histoire de la révélation

L'histoire de la révélation il y a 2 mois, 2 semaines #2445

  • Le Coeur
  • Hors ligne
  • Expert Boarder
  • Message: 142
  • Karma: 1
Bonjour,

Ce sujet fait suite à la discussion engagée sur le fil d'actualité par Claude à propos de la directive attribuée aux superviseurs invisibles par Mark Kulieke dans son opuscule La naissance d’une Révélation (chapitre Diffusion du Livre d'Urantia, page 14, deuxième colonne).

Dans ce texte, diverses expressions posent question, soulignées notamment par Dominikos.


« Au sein de l’Église, vous serez jugés comme ennemis du christianisme »

L'absence de pluriel à « Église » est trouvé un peu singulier.
Mais il est en fait assez révélateur sur… les révélateurs.

Le Livre d'Urantia, à travers les fascicules, présente le large éventail des croyances, courants spirituels, et pratiques superstitieuses de toutes les époques, du lointain passé jusqu'à nos jours, en s'étendant beaucoup sur le christianisme.

On constate alors que pour les Auteurs, le mot Église peut désigner deux choses : d'une part une religion non spécifiée, au sens général, considérée sous l'angle social. Exemples :

88:2.10 (970.1) L’invocation d’écrits que l’on supposait d’inspiration divine conduisit directement à établir l’autorité de l’Église, tandis que l’évolution des formes civiles conduisit à l’épanouissement de l’autorité de l’État.

88:1.10
(968.5)
C’est ainsi que les chefs, rois, prêtres, prophètes et dirigeants d’Église finirent pas disposer d’un grand pouvoir et par exercer une autorité illimitée.

90:1.1 (986.4) Dans beaucoup de groupes, le chaman était hiérarchiquement supérieur au chef de guerre, ce qui marqua le commencement de la domination de l’État par l’Église.

Etc.

D'autre part le mot Église est employé comme synonyme de christianisme, sans distinction des courants qui le composent, notamment pour en dénoncer les erreurs :

170:5.7 (1864.7) L’Église, en tant que conséquence sociale du royaume, aurait été entièrement naturelle et même désirable. Le mal de l’Église ne fut pas son existence, mais plutôt le fait qu’elle supplanta presque complètement le concept du royaume présenté par Jésus.

170:5.21 (1866.4) Le royaume tel que Jésus le concevait a échoué dans une grande mesure sur terre ; pour l’instant, une Église extérieure a pris sa place ; mais vous devriez comprendre que cette Église est seulement l’état larvaire du royaume spirituel contrecarré ;

170:5.19 (1866.2) Tôt ou tard, un Jean le Baptiste nouveau et plus grand se dressera en proclamant que « le royaume de Dieu est à portée de la main » (…) Et il accomplira tout cela sans faire la moindre allusion à l’Église terrestre visible, ni à la seconde venue anticipée du Christ.

195:10.13 (2085.5) quand l’Église se lance dans le commerce et la politique, elle n’a pas d’excuse

195:10.11 (2085.3) L’Église visible devrait refuser de continuer à handicaper le progrès de la fraternité invisible et spirituelle du royaume de Dieu.

99:2.5 (1087.8) L’Église institutionnalisée peut donner l’apparence d’avoir servi la société dans le passé en glorifiant l’ordre politique et économique établi, mais, si elle veut survivre, elle doit cesser rapidement toute activité de ce genre.

Les divisions du christianisme sont aussi évoquées (1866.3, 2075.1, 2085.3). Elles sont considérées comme une entrave à l'expansion universelle du message de Jésus, mais en même temps comme ayant permis d'amener ces paroles à des groupes différents (2086.1), parce qu' « adaptées à des types spéciaux – intellectuels, émotionnels et spirituels – de personnalités humaines » (2075.1).

Mais à aucun moment les révélateurs ne s'attachent aux différences particulières entre les diverses obédiences. Aussi importantes que puissent nous sembler les désaccords entre ces chapelles, elles sont bien moindres en effet que ce qui les unit, à savoir : l'adhésion à une interprétation pareillement erronée du message de Jésus, ayant conduit à ce que le LU nomme la religion historique, ou religion à propos de Jésus (1866.2).

Cause profonde de ces divergences :

170:5.20 (1866.3) Cette pitoyable subdivision des croyants chrétiens résulte de leur incapacité de discerner, dans les aspects multiples des enseignements du Maitre, la divine unité de sa vie incomparable.

Dans la directive qui nous occupe, il n'y a donc aucune ambiguïté : ce que les auteurs nomment l'Église, c'est le christianisme dans son ensemble, indépendamment de toutes ses nuances.







« l’imminent combat de la vérité contre l’erreur »

Avant même d'entreprendre sa mission publique, Jésus, qui travaillait alors sur un chantier naval, déclara à l'un de ses compagnons :

130:2.4 (1430.2) « Au cours de notre existence terrestre, nulle aventure n’est plus passionnante que la joie exaltante de devenir, dans la vie matérielle, le partenaire vivant de l’énergie spirituelle et de la vérité divine dans l’une de leurs luttes triomphales contre l’erreur et le mal. »

Évidemment, deux-mille ans après, on aurait préféré que la cinquième Révélation fût accueillie à bras ouvert par les héritiers de la quatrième. Seulement le LU ne se contente pas de proposer des idées fondamentales, perçues, à tort, comme nouvelles. Il remet en fait profondément en question un nombre considérable de certitudes installées dans l'esprit de ces hommes et femmes depuis tant de siècles. Et avec elles l'autorité spirituelle, et donc le rôle social, de leur élites religieuses.

Quand on connaît les doutes au sujet des fascicules qui ont habité pendant si longtemps ceux-là même qui les ont reçus du ciel, alors même que ces personnes avaient été soigneusement choisies pour cela, il ne faut pas s'étonner des difficultés rencontrées pour les communiquer à la masse des croyants qui, pour la plupart, n'éprouvent pas le besoin de s'interroger sur leurs convictions, et ne trouvent rien à gagner à le faire.

Il n'est donc pas surprenant que les institutions chrétiennes englobent dans une même aversion cette nouvelle révélation et ceux qui la soutiennent. Cela semble d'autant plus regrettable qu'apparu dans leurs rangs, ce renouveau s'adresse à elles en priorité. Mais le phénomène n'est pas récent. On sait l'accueil qui a été réservé par les courants judaïques à l'enseignement de Jésus, pourtant né en leur sein.

Il y a donc effectivement une erreur à combattre, et que nous ne pouvons ignorer puisque le LU nous l'indique clairement :

195:9.11 (2083.7) Le courant du christianisme moderne draine un bon nombre d’anciens marécages païens et bien des marais du barbarisme.

195:10.8 (2084.8) les Églises chrétiennes du vingtième siècle se dressent comme des obstacles immenses, mais d’une manière totalement inconsciente, devant le progrès immédiat du véritable évangile – les enseignements de Jésus de Nazareth

170:5.17 (1865.7) Paul et ses contemporains (…) portèrent un coup mortel au concept de Jésus proclamant le royaume divin dans le cœur de chaque croyant.

170:5.15 (1865.5) Les premiers chrétiens (et beaucoup trop de chrétiens ultérieurs) perdirent généralement de vue l’idée de Père-et-fils incorporée dans l’enseignement de Jésus sur le royaume, tandis qu’ils y substituaient la communauté sociale bien organisée de l’Église.

170:5.18 (1866.1) Ainsi, durant des siècles, l’Église chrétienne a été fort gênée dans ses œuvres parce qu’elle a osé s’attribuer les mystérieux pouvoirs et privilèges du royaume ; or, ceux-ci ne peuvent être exercés et expérimentés qu’entre Jésus et ses frères spirituels croyants. Ainsi, il devient clair que l’appartenance à l’Église ne signifie pas nécessairement communauté dans le royaume ; la seconde est spirituelle, la première est principalement sociale.

Des passages qui peuvent d'ailleurs nous faire réfléchir… Car avant même de s'opposer à cette dérive chez les autres, il ne serait peut-être pas inutile de la traquer en nous-même…

99:4.1 (1089.9) la formalisation des groupes religieux détruit bien souvent les valeurs mêmes pour lesquelles ces groupes avaient été organisés

99:6.1 (1092.1) Le sectarisme est une maladie de la religion institutionnelle, et le dogmatisme est un esclavage de la nature spirituelle. Il vaut bien mieux avoir une religion sans Église qu’une Église sans religion.

Au chœur des détracteurs se joignent en outre bien sûr les matérialistes, qui ont d'autant plus de raison de s'en prendre aux défenseurs du Livre que ces derniers se présentent également comme détenteurs de vérités scientifiques (ce que ne revendiquent plus guère les religions institutionnelles).

C'est pourquoi on ne peut que le constater : les partisans du Livre d'Urantia se retrouvent effectivement seuls contre tous. Et ce n'est pas la proclamation de l'universalité de son message qui pourra atténuer les animosités. Toutes les religions, en effet, revendiquent ce titre. Or :

100:1.1 (1094.3) si l’on se permet d’attribuer un caractère absolu à des évaluations purement personnelles, il en résulte toujours un mal.

Compte tenu de cette opposition générale, il n'était donc pas inutile que, en dehors des concepts développés dans le Livre, les révélateurs prévinssent séparément de l'épreuve qui les attendait les premiers dépositaires humains de la Révélation, tout en les galvanisant une dernière fois, par des directives aux formules peut-être un peu abruptes, mais efficaces.





La statue de l'Archange Saint-Michel à Kiev :
Micaël vu par la tradition chrétienne, en soldat de Dieu



« soldats des cercles »

L'expression figure également dans l'ouvrage 100 ans de révélation de Barbara Newsam et Carolyn Kendall (pages 60 et 93)

Comme le signale Claude, cela se réfère vraisemblablement au symbole de la Trinité. On peut penser plus particulièrement à la bannière de Micaël, telle qu'elle fut déployée par Gabriel devant les armées loyales assemblées à Jérusem au plus fort de la guerre dans le ciel (605.8).

Employée ici pour attirer l'attention sur les difficultés attendant les membres de la Fondation, à l'occasion du lancement, alors imminent, du Livre d'Urantia, et sur l'hostilité tout azimut que celui-ci allait susciter, cette formule nous rappelle plus généralement qu'un conflit est en cours : l'éternel combat contre le mal.

On peut d'ailleurs noter que la révélation n'est pas avare de formulations combatives, certaines prononcées par Jésus lui-même :

155:5.12 (1729.7) « Nous sommes maintenant sur le point d’entrer dans un conflit implacable avec cette religion, car nous allons bientôt commencer à proclamer audacieusement une nouvelle religion. »

191:1.2 (2039.2) « Ceins-toi, Simon, pour la bataille d’un nouveau jour, pour la lutte contre les ténèbres spirituelles et la tendance au doute funeste du mental naturel de l’homme. »

159:3.8
(1766.4)
« L’unique lutte de ceux qui entrent dans le royaume est de mener le bon combat de la foi. Le croyant n’a qu’une bataille à livrer, et c’est contre le doute – contre l’incrédulité. »

159:3.7 (1766.3)
« Avertissez tous les croyants en ce qui concerne cette zone de conflit qu’il faut traverser pour passer de la vie telle qu’elle est vécue dans la chair à la vie supérieure telle qu’elle est vécue dans l’esprit. »

155:5.11 (1729.6) « La religion de l’esprit signifie effort, lutte, conflit, foi, détermination, amour, loyauté et progrès. »

100:4.2 (1097.6) il ne peut y avoir de croissance sans conflits psychiques et sans agitation spirituelle. L’organisation d’une norme de vie philosophique entraine des commotions considérables dans le domaine philosophique du mental. Ce n’est pas sans lutte que l’on exerce sa loyauté envers ce qui est grand, bon, vrai et noble.

100:4.1 (1097.5) De nouvelles clairvoyances religieuses surgissent de conflits qui déclenchent le choix de nouvelles et meilleures habitudes de réagir, pour remplacer les modèles anciens et inférieurs de réaction. C’est seulement dans des conflits que de nouvelles significations émergent, et un conflit ne persiste que si l’on refuse d’adopter les valeurs supérieures impliquées dans des significations plus élevées.

Utilisons alors une comparaison… lorsqu'un responsable doit communiquer sur un affrontement, il fait appel à d'éminents spécialistes : stratèges, communicants, politiques, diplomates, économistes, etc. qui composeront des textes très élaborés, circonstanciés, et argumentés. C'est le Livre d'Urantia.

Mais lorsqu'il s'agira ensuite d'engager les opérations sur le terrain, on n'emploiera pas les mêmes personnes ni le même discours. Pour motiver le combattant, les mots savants et les propos subtils ne sont plus de mise. Il faut utiliser le langage d'hommes de troupe, partageant le même état d'esprit que ceux à qui ils s'adressent, et ne s’embarrassant pas de nuances.

C'est ce qui explique le ton général de cette directive, et ces exhortations un peu martiales.

Les superviseurs invisibles auteurs de la harangue dont on nous parle ici, ne sont pas les hauts personnages ayant assumé la responsabilité du contenu de la révélation, ni ceux ayant pris les décisions concernant la diffusion du Livre d'Urantia. Il s'agit en fait des médians, les êtres auxquels avaient affaire le plus concrètement le groupe de contact (865.1), et qui jouent un rôle considérable dans cette entreprise, mais essentiellement en tant qu'initiateurs et animateurs.

Or nous savons que de toutes les créatures célestes, celles qui nous ressemblent le plus sont précisément les médians, au point même que s'ils étaient visibles, nous ne pourrions les distinguer des hommes (864.5). En fait, il sont également…

77:9.10 (867.1)vos camarades dans la longue lutte pour atteindre, sur Urantia, un statut ancré de lumière et de vie.

Et nous n'ignorons pas l'importance considérable qu'a pour eux le devenir de cette planète, avec laquelle ils ont des liens incomparablement plus forts que nous, puisqu'ils n'ont pas l'opportunité, comme nous, de la quitter après une courte existence (866.3).

Alors cette emphase, cette exaltation, cette immodération qui nous semblent si humaines expriment bien finalement la passion qu'éprouvaient pour ce projet les résidents millénaires de notre monde, à l'instar de leurs partenaires mortels qui pensaient sans doute, pour beaucoup d'entre eux, que leur survie dépendaient du zèle qu'ils mettraient à servir cette cause.

Il fallait aviver et conforter leur adhésion, ou plus exactement leur « adhérence », sens réel du mot hébreux emunah que nous traduisons par foi. Or celle-ci, nous rappelle Le Livre d'Urantia, n'a pas pour objet de nous maintenir dans un état de lénifiante contemplation :

101:3.7 (1108.6) 3. Elle [la foi] engendre une confiance et un courage profonds malgré l’adversité naturelle et les calamités physiques.

102:2.8 (1121.1) la mission de la religion consiste à préparer l’homme à faire face courageusement, et même héroïquement, aux vicissitudes de la vie.

91:8.13 (1002.5) La prière n’est pas une technique pour échapper à des conflits, mais plutôt un stimulant pour croitre en face du conflit.

On comprend donc qu'une tonalité un peu guerrière ne soit pas absente de la Révélation. Comme par exemple dans la conclusion du fascicule sur la Nature réelle de la religion, dont on nous dit que si elle libère les âmes ce n'est pas pour leur assurer un havre de paix et de tranquillité. Sitôt transformés par la foi, en effet, les hommes…

101:10.9 (1117.3) sont plutôt enrôlés ensemble pour mener le combat où la réalité triomphe des ombres partielles de l’existence. Enfin, toutes les créatures deviennent conscientes du fait que Dieu et toutes les armées divines d’un univers à peu près infini sont à leur côté dans la lutte céleste pour atteindre l’éternité de vie et la divinité de statut. Ces fils affranchis par la foi se sont certainement engagés dans les luttes du temps du côté des forces suprêmes et des personnalités divines de l’éternité ; même les étoiles dans leur course combattent maintenant pour eux.






Gabriel arborant les couleurs de Micaël sur la mer de verre




« le Verbe fait livre »

Également citée dans 100 ans de révélation (p.36), et dans le Mandat de publication.

Il est vrai que l'expression peut sembler approximative, et susceptible d'encourager ce fanatisme dont on peut régulièrement constater les dégâts. Mais ce genre de formules est sans doutes ce que ces premiers disciples avaient besoin d'entendre.

Après des décennies d'un labeur sans faille au service d'une révélation destinée à sauver le monde mais qu'ils n'étaient pas certains de voir à l’œuvre de leur vivant, on leur annonçait finalement sa prochaine parution. Cependant, à cette période d'études et de réflexions, loin des regards mais bénéficiant de la présence constante des représentant du ciel, allait à présent succéder les remous et les orages de la mise au grand jour, qu'ils allaient devoir affronter seuls.

Il est logique qu'on ait jugé important, avant de les livrer à eux-mêmes et à la vindicte générale, de leur donner la meilleure des assurances sur le soutien des plus hautes instances de l'Univers.

Quitte à perdre un peu de vue certaines finesses conceptuelles, satisfaisantes sur un plan métaphysique, mais de peu d'utilité dans les circonstances.
Dernière édition: il y a 2 mois, 1 semaine par Le Coeur. Raison: orthographe

Re: L'histoire de la révélation il y a 2 mois, 2 semaines #2446

  • andre
  • Hors ligne
  • Expert Boarder
  • pominville@libero.it
  • Message: 100
  • Karma: 1
Tout à fait esquis et délicieux Le Coeur d'avoir verbaliser colligé ce travail exhaustif.

Je t'ai lu tout d'une traite ... ce qui est rare quand le sujet n'attire pas spécialement mon attention.

Tu as bien signifié des subtilités trop souvent embrumées.

  • La religion institutionnalisé./ La religion personnelle.
  • Les nuances et faits à propos de ce qui concerne des facteurs sociaux donc de société et des facteurs spirituels donc personnels.
  • communiquer
  • s'engager

Merci beaucoup Le Coeur de ce travail que vous avez fait. Ça participe à ce rehaussement significatif fraternel d'une personnalité vers ses sœurs et frères.

André
Dernière édition: il y a 2 mois, 2 semaines par andre.

Re: L'histoire de la révélation il y a 2 mois, 2 semaines #2447

  • Jean
  • Hors ligne
  • Fresh Boarder
  • Message: 16
  • Karma: 0
Ce que j'aimerais pouvoir parler comme vous le faites.
Je lis toujours vos interventions à tous avec un grand intérêt, c'est un grand réconfort pour moi, car je n'ai pas reçu le don de l'écriture, mais ce n'est pas grave puisque vous êtes là.

Merci à vous

Re: L'histoire de la révélation il y a 2 mois, 2 semaines #2448

  • Dominikos
  • Hors ligne
  • Expert Boarder
  • Message: 108
  • Karma: 2
Bonjour La Cœur,

Riche et belle démonstration.

Il ressort tout de même qu'au mieux ces directives avaient un but très localisé : motiver les premières troupes, à une certaine époque.

Les réutiliser encore et encore pour re dynamiser les troupes plus d'un demi siècle plus tard me semble déplacer, et contre productif.

Ce serait un peu comme arrêter sa voiture et se mettre à la pousser, comme au 1er départ , en espérant qu'en redémarrant elle ira enfin plus vite puisque nous lui aurons donner cette "magnifique " énergie des origines.

Ce n'est plus utiliser la bonne " énergie". , il faudrait toujours actualiser nos motivations.

Enfin merci pour ton boulot,

Re: L'histoire de la révélation il y a 2 mois, 1 semaine #2453

Une question à le Coeur et tous et toutes: Pourquoi selon vous les révélateurs ont dit qu'il fallait qu'il y ai des milliers de groupes d'étude? et est-ce que les groupes d'étude ou forums du livre d'Urantia sur internet sont équivalents à un groupe d'étude en personne?
Dieu est notre Père qui nous aime.

Re: L'histoire de la révélation il y a 2 mois, 1 semaine #2454

  • andre
  • Hors ligne
  • Expert Boarder
  • pominville@libero.it
  • Message: 100
  • Karma: 1
Salut Claude,
Pourquoi selon vous les révélateurs ont dit qu'il fallait qu'il y ai des milliers de groupes d'étude?
Par, avec et en Le Suprême, les révélateurs ns disent q'il faut faire quelque chose. Les caractéristique de notre nature animale ou nature matérielle: la nonchalance, indolence, ... C'est cette première raison qui m'est veunu.
est-ce que les groupes d'étude ou forums du livre d'Urantia sur internet sont équivalents à un groupe d'étude en personne?
Physiquement parlant ... non. Mais virtuellement parlant ...oui, ils contribuent à étudier LU. Sans oublier la fraternité qui croît. Donc participent à cette recommandation des révélateurs.

Fraternellement Claude,

André
Dernière édition: il y a 2 mois, 1 semaine par andre.
  • Page:
  • 1
  • 2
Temps de génération de la page: 0.40 secondes