Bienvenue, Invité
Nom d'utilisateur Mot de passe: Se souvenir de moi

Les Anges dans le livre d'Urantia
(1 visualisation(s)) (1) Invité
Les Archanges, les Séraphins, les Sanobins et les Chérubins

SUJET: Les Anges dans le livre d'Urantia

Re: Les Anges dans le livre d'Urantia il y a 1 semaine, 4 jours #3649

  • bonabo
  • Hors ligne
  • Gold Boarder
  • Message: 256
  • Karma: 3
Les Ajusteurs et les anges peuvent-ils communiquer? Telle est la question que nous pose Tor.
A la mort physique de leurs pupilles, nos aides planétaires n'aperçoivent plus la lumière pilote qui les habitait, alors ils vont rendre des comptes à leurs supérieurs hiérarchiques. On sait aussi que pour ceux qu'on appelle les réservistes, c'est à dire pour les êtres humains ayant un rôle important à jouer dans cette vie, leur Ajusteur et leur séraphin communiquent d'une façon difficile à comprendre.
Tor parle aussi de divinité en disant que les Ajusteurs sont divins. Je ne le contredirai pas, il a raison. Mais quand je cherche à définir un mot, je me réfère toujours à l'introduction du livre d'Urantia.
La divinité n'est pas synonyme de Déité. Dans la Déité, la divinité est parfaite car absolue dans tous ses attributs. Cette divinité que les Ajusteurs possèdent est l'essence même de leur origine.
La Déité est quantitative alors que la divinité est une qualité.
Être divin, cela veut dire qu'on est pourvu d'amour, de miséricorde et de ministère. Alors qu'elle est parfaite en absolu chez les Dieux, elle est imparfaite dans tous ses attributs chez l'homme. Car, chez l'homme, l'amour, la miséricorde et le ministère sont soumis à l'expérience, à la croissance et à l'unification de la personnalité.
Cette imperfection n'empêche pas l'homme d'être divin. Ne me jetez pas la pierre si je vous dis que je suis divin, car vous aussi, vous l'êtes!
Étant qualitative, la mesure de notre divinité ne peut être appréciée que par notre soif d'amour, de miséricorde et de ministère ( le service en action).
Notre spiritualité dépend de la grandeur qualitative de notre divinité. Elle est subordonnée à notre mental qui témoigne d'actes de tolérance (la miséricorde) et de l'œuvre que nous réalisons pour le bonheur de nos semblables (le ministère).
Le franchissement des cercles cosmiques est dépendant de notre relation avec la Déité et le service humain. Tout cela forge l'amour dont la définition est finalement presque synonyme de divinité.

Re: Les Anges dans le livre d'Urantia il y a 1 semaine, 4 jours #3650

  • Dominikos
  • Hors ligne
  • Gold Boarder
  • Message: 222
  • Karma: 3
Bonjour Bonab, bonjour à tous,

Si nous sommes divins, c’est alors par héritage et non par nature.

Enfin merci de me remonter le moral de si bon matin et de m’avoir permis de ressortir ces deux extraits ci-dessous, qui vont me permettre d’aborder le froid urbain, et la chaleur des transports en commun avec plus de courage que je n’en avais.

196:3.16
Si un amant divin ne vivait pas en lui, l’homme ne pourrait aimer généreusement et spirituellement. Si un interprète ne vivait pas dans son mental, l’homme ne pourrait pas vraiment se rendre compte de l’unité de l’univers. Si un estimateur ne demeurait pas en lui, l’homme serait dans l’impossibilité d’apprécier les valeurs morales et de reconnaitre les significations spirituelles. Or, cet amant divin vient de la source même de l’amour infini ; cet interprète est une fraction de l’Unité Universelle ; cet estimateur est l’enfant du Centre-Source de toutes les valeurs absolues de la réalité éternelle et divine.

196:3.21
Ce n’est pas parce que l’expérience exquise et transcendantale d’aimer et d’être aimé est si purement subjective qu’elle n’est qu’une illusion psychique. La seule réalité vraiment divine et objective qui soit associée aux êtres mortels, l’Ajusteur de Pensée, fonctionne apparemment, pour l’observation humaine, comme un phénomène exclusivement subjectif. Le contact de l’homme avec Dieu, la réalité objective la plus haute, ne s’effectue que par l’expérience purement subjective de le connaitre, de l’adorer et de réaliser la filiation avec lui.

Re: Les Anges dans le livre d'Urantia il y a 1 semaine, 4 jours #3651

  • morelli
  • Hors ligne
  • Gold Boarder
  • Message: 198
  • Karma: 2
Salut Dominikos.

Suite à ta réponse, quant à notre héritage divin, j'ajouterai, nous sommes effectivement divin par héritage et non par nature, mais surtout en "devenir divin".
Contrairement aux Séraphins, nous avons en nous une part de divinité pure, qui n'est pas là par hasard, car notre Ajusteur de Pensée nous à tous choisi personnellement, il est là parce que son plan de finalité divine est inclus en nous depuis le départ de son choix de nous y faire participer totalement.

Fraternellement.P. Morelli.

Re: Les Anges dans le livre d'Urantia il y a 1 semaine, 4 jours #3652

  • bonabo
  • Hors ligne
  • Gold Boarder
  • Message: 256
  • Karma: 3
Les citations que tu nous fais partager, Dominikos, ne contredisent pas ce que j'ai écrit plus haut. Il est vrai que sans la présence de l'Ajusteur, nous ne serions rien d'autre que de simples animaux incapables d'atteindre le divin. C'est seulement par notre relation avec lui, en répondant à sa gouverne divine que nous pouvons coordonner vérité, beauté et bonté qui sont les trois composantes qualitatives de la divinité.
Les composantes de l'amour sont les mêmes que celles de la divinité.
En page 3,1 il est dit que la divinité est intelligible en tant que vérité, beauté et bonté.
En page 648,3 il est dit que l'amour, la somme totale de ces trois qualités (vérité, beauté et bonté) est la perception que l'homme a de Dieu en tant que son Père spirituel.
En page 1583,5 il est dit que Jésus exalta l'amour-- la vérité, la beauté et la bonté -- comme idéal divin et réalité éternelle.
En page 2096,5 on peut se rendre compte que sans clairvoyance religieuse, sans contact relationnel avec la Déité, il est impossible d'atteindre la divinité car " quand l'amour est dépouillé de vérité, de beauté et de bonté, il n'est que sentiment, déformation philosophique, illusion psychique et tromperie spirituelle."
Donc je maintiens, j'affirme même que ceux qui se sont engagés sur Urantia dans une quête spirituelle sont divins! Mais leur divinité est partielle, incomplète et soumise à l'expérience ascensionnelle. Cette divinité ne peut être rendue éternelle que par la fusion avec l'Ajusteur. De toute façon, la divinité acquise par le mental humain et rendue sacrée par l'Ajusteur n'est jamais perdue car même si celui qui la possède refuse la survie éternelle, elle se fondra dans le Suprême.

Re: Les Anges dans le livre d'Urantia il y a 1 semaine, 3 jours #3653

  • Le Coeur
  • Hors ligne
  • Gold Boarder
  • Message: 259
  • Karma: 1
Dans un registre tout à fait profane, je me dis souvent qu'il ne suffit pas d'aimer, encore faut-il être à la hauteur de cet amour.

Alors de la même façon, peut-être ne suffit-il pas d'être divin : encore faut-il être à la hauteur de cette divinité.

Les brillants Princes planétaires et systémiques, les Séraphins,etc. sont qualifiés de divins. Et pourtant nombre d'entre d'eux ont gravement failli, et le sort de certains n'est aujourd'hui guère enviable…

Être d'origine divine, c'est un peu comme être né riche : cela donne plus de responsabilités, de devoirs, d'obligations, que de privilèges…

Le point de vue de Bonabo est en fait assez oriental. Selon la tradition hindo-bouddhiste, mais aussi les courants gnostiques contemporains, les humains sont en fait des dieux déchus, engagés dans un processus de rééducation.

La description que fait le LU de notre condition est sensiblement différente, mais le résultat, finalement, revient à peu près au même…
Dernière édition: il y a 1 semaine, 3 jours par Le Coeur.

Re: Les Anges dans le livre d'Urantia il y a 1 semaine, 3 jours #3655

  • bonabo
  • Hors ligne
  • Gold Boarder
  • Message: 256
  • Karma: 3
Le problème, c'est qu'on ne naît pas divin et qu'on n'est pas non plus divin par héritage. A notre première décision morale, vers l'âge de six ans, une parcelle de Déité vient nous habiter et non pas une parcelle de divinité.
La divinité est une qualité, c'est une signification issue du mental humain que l'Ajusteur a transfornée en valeur. En fait, c'est la pierre précieuse de notre âme.
La divinité est une qualité qui se gagne par nos choix moraux.
Mais rassurons nous, ce n'est pas parce que nous n'avons pas lu le chapitre "Déité et divinité" dans l'introduction du livre d'Urantia que nous ne ferons pas l'ascension jusqu'au Paradis.
Temps de génération de la page: 0.61 secondes