Bienvenue, Invité
Nom d'utilisateur Mot de passe: Se souvenir de moi

SI ON LISAIT ENTRE LES LIGNES! (2) Réincarnation?
(1 visualisation(s)) (1) Invité
Questions diverses

SUJET: SI ON LISAIT ENTRE LES LIGNES! (2) Réincarnation?

Re: ET SI ON LISAIT ENTRE LES LIGNES! (2) il y a 2 ans, 2 mois #706

  • eugene
  • Hors ligne
  • Fresh Boarder
  • Message: 3
  • Karma: 0
Bonjour,

Merci pour ce partage. C'est un plaisir de lire vos points de vue, un plaisir de philosopher sur le livre. Merci pour le choix du sujet. Merci de nous partager ainsi ton expérience Érick. C'est vrai que ce sont des thèmes récurant. Félicitation pour tes « soirées infos ». Beaucoup d'arguments intéressants ont déjà été avancés. En bref, je me rangerais peut-être plus du côté de la miséricorde envers nos frères qui n'ont trouvé d'échappatoire que dans ce geste fort qui consiste à se retirer la vie (il est intéressant de lire comment le suicide était pratiqué dans le passé).

Définition du suicide
Avant le livre d'Urantia je considérais que le suicide n'était pas bienvenu… j'avais une notion floue selon laquelle c’était désapprouvé par Dieu, peut-être celai créait un handicap par la suite ou même n'y avait il pas de suite. Maintenant je me pose surtout la question du choix conscient de la survie.

Après avoir lu vos messages je me suis plongé dans le livre. Voici ce que j'ai pu en tirer :
(1283.6) 117:4.4 La personnalité humaine peut véritablement détruire l’individualité du statut de créature. Tout ce qui était valable dans la vie de cette suicidée cosmique subsistera, mais ces qualités ne persisteront pas en tant que créature individuelle.
En lisant entre les lignes, ce passage m'a donné l'impression qu'il n'y a pas de différence entre mort et suicide (du moins au niveau cosmique).

Ensuite je me suis rendu compte que le mot suicide est assez souvent utilisé. Ils parlent de suicide racial, intellectuel, moral, … J'ai pu lire que la stagnation de l'âme équivaut à un suicide. Mais la croissance trop rapide l'est aussi !
Un conseillé divin nous parle du suicide de cette façon :
(37.3) 2:3.5 Le mal non dilué, l’erreur complète, le péché volontaire et l’iniquité sans mélange conduisent de manière inhérente et automatique au suicide. De telles attitudes d’irréalités cosmiques ne peuvent survivre dans l’univers qu’en raison d’une miséricordieuse tolérance provisoire...
Je ne commets pas le mal sans arrêt et ne suis pas perpétuellement dans l'erreur. Mais chaque pas en dehors du droit chemin semble être une forme de pas-suicide.

Tout cela me permet de 'relativiser' l'acte d'un être qui choisit le suicide à la vie sur terre.

Re: ET SI ON LISAIT ENTRE LES LIGNES! (2) il y a 2 ans, 2 mois #707

  • eugene
  • Hors ligne
  • Fresh Boarder
  • Message: 3
  • Karma: 0
Conséquences du suicide :
Est-ce qu'il y aura survie ?
Est-ce qu'il y a un handicap ?

1.Concernant la survie tout semble dépendre du choix en pleine connaissance de cause. Un bébé qui n'a pas encre fait de choix moral reçoit l'occasion de poursuivre sa carrière. Dès qu'on fait un choix moral je pense que l'âme est établie (corrigez moi sur ce point svp). Et si un mortel ne fait pas le choix sur terre de poursuivre sa carrière ??? Peut-on ici sur Urantia choisir en toute connaissance de cause de s’arrêter là ? 112:5.9 (deux paragraphes sur le choix de la survie)

2.Quant au handicap je pense que ça dépend de l'expérience vécue sur terre. Joshua nous a bien démonter qu'en 30ans on peut vivre pleinement sa vie. Peut-être qu'une personne suicidée à 20ans aura vécu plus d'expérience qu'un personne morte à 80…
Le principal handicap est expérientiel.
Un être qui a vécu durant l'ère primitive aura plus de difficultés à fusionner avec l'ajusteur. 'Un enfant privé de la précieuse et essentielle expérience sur les mondes de nativité mortelle ne sera pas enrôlé dans le Corps de la Finalité'. Et je ne sais pas s'il y a d'autres expériences qui nous 'limitent' dans l’ascension.
Je n'ai pas le sentiment que le suicide en fasse partie mais ce n'est pas si évident à développer. Le suicide n'est je pense qu'une forme de mort… Le principal c'est l'expérience qui a été gagnée. Il est cependant préférable de boire la coupe jusqu'au bout… Pas facile de lire entre les lignes. Quoiqu'il en soit chaque mortel sera amené à servir au meilleur de ses capacités.

Quand je pense à ma mort je la souhaite à l'image de Jésus : goûter le plus pleinement et consciemment la vie du début à la fin. (Et on verra ce que je dirais quand je serais vraiment face à l'épreuve:)

3.Il est bien vrai que le raccourci du suicide pourrait être une solution de facilité. Pourquoi ne pas interrompre notre vie ici bas. Car il reste tant d'expériences à vivre ici et maintenant. Car ça va à l'encontre même de mon instinct animal. Car l'ajusteur et toutes les présences spirituelles me soutiennent si bien dans les moments les plus sombres. Car j'ai envie de participer à l'établissement d'une vie meilleure sur mon monde natal. Ce ne sont que des idées mais je pense qu'il existe encore beaucoup d'autres raisons pour que le suicide ne se transforme jamais en institution…
Du coup j'ai du mal à répondre à la question ; « Si c'était le cas qu'en serait-il de la tolérance divine ? »


Je suppose que sur notre planète natale c'est principalement une question d'expérience :
À part recevoir son ajusteur et mourir y-a-t-il d'autres expériences indispensable pour pouvoir être, par après, pleinement au service de Dieu (corps de la finalité) ?

Re: ET SI ON LISAIT ENTRE LES LIGNES! (2) il y a 2 ans, 2 mois #708

  • morelli
  • Hors ligne
  • Expert Boarder
  • Message: 150
  • Karma: 2
Salut à tous.

Juste une précision pour l'intervention faite par eugene au sujet de l'interprétation du passage 117-4-4, la suite du chapitre est assez explicite :
"Le Suprême trouvera de nouvelles expressions dans les créatures des univers, mais plus jamais sous la forme de cette personne particulière ; la personnalité unique du non-ascendeur retourne au Suprême comme une goutte d'eau retourne à la mer".
Ce qui implique que dans cette citation la différence est essentielle, la personnalité de l'ascendeur cesse de se manifester en tant que telle, donc cet ascendeur comme identité n'existe plus, et la seule chose qui persiste de lui sont les conséquences de ses choix comme significations éprouvées par le plan divin qui iront dans la surâme du Suprême.

Re: ET SI ON LISAIT ENTRE LES LIGNES! (2) il y a 2 ans, 2 mois #709

Sommes nous confronté au problème de la surpopulation?

P.769 - §8 La société humaine est contrôlée par une loi décrétant que la population doit varier en proportion directe des arts du sol et en proportion inverse d'un niveau de vie donné. Tout au long de ces âges primitifs, encore plus qu'à présent, le loi de l'offre et de la demande concernant l'homme et la terre détermina la valeur estimative de l'un et de l'autre. Pendant les périodes où les terres libres abondaient — territoires inoccupés — le besoin d'hommes était grand, et la valeur de la vie humaine fortement rehaussée en conséquence ; les pertes de vies étaient alors considérées comme plus horribles. Pendant les périodes de rareté des terres et de surpeuplement correspondant, la vie humaine représentait comparativement une moindre valeur, si bien que la guerre, les famines et les épidémies étaient alors considérées avec moins d'inquiétude.

P.907 - §8 4. Les ressources humaines. La main-d'oeuvre est indispensable pour répandre la civilisation. À conditions égales par ailleurs, un peuple nombreux dominera la civilisation d'une race plus réduite. En conséquence, une nation qui ne réussit pas à accroitre le nombre de ses citoyens jusqu'à un certain chiffre se trouve empêchée de réaliser pleinement sa destinée nationale, mais, au delà d'un point donné, tout accroissement supplémentaire de la densité de la population devient un suicide. La multiplication des habitants au delà du rapport normal hommes-sol conduit soit à abaisser le niveau de vie, soit à étendre immédiatement les frontières terrestres par pénétration pacifique ou par conquête militaire — à l'occupation par la force.

P.908 - §1 Vous êtes parfois révoltés par les ravages de la guerre, mais vous devriez reconnaître la nécessité de faire naître un grand nombre de mortels pour fournir d'amples occasions au développement social et moral ; mais avec cette fécondité planétaire surgit bientôt le grave problème de la surpopulation. La plupart des mondes habités sont petits. Urantia est dans la moyenne, peut-être un peu au-dessous. La stabilisation de la population nationale au niveau optimum rehausse la culture et empêche la guerre. Et sage est la nation qui connaît le moment de s'arrêter de croitre.

Chaque seconde, ce sont près de 9 avortements (ou IVG) qui sont pratiqués dans le monde, soit 43, 8 millions d'interruptions volontaires de grossesse dans le monde chaque année. www.planetoscope.com/demographie-urbanisme/natalite
...
Dieu est notre Père qui nous aime.

Re: ET SI ON LISAIT ENTRE LES LIGNES! (2) il y a 2 ans, 2 mois #720

Des révélateurs ont écris en 1934-1935:

P.1919 - §4 La seconde venue de Micaël sur terre est un évènement dont la valeur sentimentale est prodigieuse aussi bien pour les médians que pour les humains, ...Nous nous attendons avec confiance à sa glorieuse apparition, et même à des visites répétées, mais nous ignorons complètement quand, comment et en rapport avec quels évènements il doit apparaître.

Un jour è la fois.
Dieu est notre Père qui nous aime.

Re: ET SI ON LISAIT ENTRE LES LIGNES! (2) il y a 2 ans, 2 mois #731

  • andre
  • Hors ligne
  • Expert Boarder
  • pominville@libero.it
  • Message: 111
  • Karma: 1
Bonjour Claude,

... de bonnes raisons de se suicider
!!!

Je crois que tous ceux qui se suicident souffrent dans leur raisonnement "...de confusion, de déformation et de perversion dans leurs concepts."4:3.3

Alors,comme mentionnait "pamplemousse" au sujet de l'action suicidaire de Lucifer,Satan,Caligastia .... crois-tu qu'eux ont de bonnes raisons de "s'éloigner de Dieu ? "
Les suicidés(es) humains, eux se suicident pour s'éloigner de la souffrance physique ou mentale.

Tout comme toi, je penses qu'il peut y avoir des situations intolérables ou le suicide semble être le seul recours, ainsi que le suicide assisté pour compassion.Mais comme le disait un autre blogueur Notre Père comprend ses enfants et compatit à nos afflictions, et IL sait très bien que nous ne comprenons pas toujours et nous aime Paternellement tous.

Claude, se suicider LU nous dit que c'est parce que nous n'avons pas ''maitriser'' l'Art de vivre. (fs. 160).
Se suicider physiquement est une décision de notre libre-arbitre et est ''normale'' dans l'évolution primitive d'une planète. Plus la planète évolue - il y en a.

Dans l'Art de vivre Claude, quand on en arrive à considéré ...

« ...que toutes choses travaillent ensemble pour le bien de ceux qui aiment Dieu, »4:1.4

... toutes choses ... même des injustices, même le mal.
J'arrives à y croire par la foi et non par ce que je constates humainement parlant.

Un enfant qui se suicide est toujours une triste réalité pour des parents, de même pour nos Parents Divins.

Le suicide cosmique c'est à dire s'éloigner sciemment de Dieu est celui qui aboutit à "ne plus être" est celui qui a une conséquence éternelle.

Fraternellement,

André
p.s Claude, mes commentaires ne sont nullement des reproches ... tout simplement discuter sur une perception différente.
Dernière édition: il y a 2 ans, 2 mois par andre.
Temps de génération de la page: 0.23 secondes