Bienvenue, Invité
Nom d'utilisateur Mot de passe: Se souvenir de moi
Questions diverses

SUJET: Personnalité & Moralité

Personnalité & Moralité il y a 1 mois, 4 semaines #4514

  • gpmauroy
  • Hors ligne
  • Fresh Boarder
  • Message: 9
  • Karma: 0
Bonjour à toutes et tous,

Comment interprétez vous la citation suivante du LU en référence à la Personnalité?

112:0.11 9.Elle est caractérisée par la moralité – la conscience de la relativité des relations avec d’autres personnes. Elle discerne des niveaux de conduite et fait parmi eux un choix judicieux.

Contexte:
Je m'intéresse à la Communication Non Violente (CNV).
Je viens de lire le livre de Marshall Rosenberg, le créateur de la CNV: "Les Fondations Spirituelles de la CNV".

Un précepte clé de la CNV est:
  • Les êtres humains ont naturellement envie de contribuer au bien-être des uns des autres tant qu'ils se sentent libres de le faire.



Questions Subsidiaires:

  1. Est-ce que la citation 112:0.11 9 du LU à un sens similaire voire identique au précepte de la CNV ci-dessus?
  2. Comment expliquer alors les cas de refus de la survie et de péchés?
  3. Est-ce que chaque Personnalité, dans les conditions idéales d'éducation qui lui correspondent, sans contrainte et traumatisme, aboutirait inévitablement au choix de la survie et de l'ascension vers le Paradis? Et donc alors les cas de refus de survie et de péchés ne seraient-ils pas les résultantes d'un excès de violence par rapport à la capacité de la Personnalité à les gérer?


Cela nous donne à réfléchir sur les conséquences de la manière dont on adresse les autres -- agressivement ou affectueusement!

Alors gros bisous!

Fraternellement vôtre,

Gilles
Gilles

Re: Personnalité & Moralité il y a 1 mois, 4 semaines #4519

  • samuel
  • Hors ligne
  • Platinum Boarder
  • "Cherche et tu trouveras"
  • Message: 601
  • Karma: 1
Salut Gilles,
Même si les apparences nous montre dans certains domaines le contraire, je pense que de façon générale nous sommes tout de même naturellement enclin à préférer l’amour, la joie et la paix que la haine, le mal-être et la guerre.
Le refus de la survie et la tendance aux péchés viens sans doute de l’ignorance, l’égoïsme, les pulsions animales, l’éducation, l’influence de l’entourage, le manque de spiritualité vivante ou le refus d’écouter son bon sens ou son intuition profonde concernant ce que nous percevons comme étant bon, juste et vraie de l’inverse. (la capacité de différencier ce qui est bien de ce qui est mal)
Alors oui, il me semble que dans des conditions idéales d'éducation l’épanouissement de l’enfant as plus de chance de manifester naturellement les valeurs, les qualités et facultés de sa personnalité, de son moniteur divin et de son âme.
Je pense qu’il ne faut pas oublier que les conditions idéales d'éducation sont dans l’évolution humaine un bute à atteindre en tant qu’idéale.
Pour la dernière question, je répondrai par une autre question ; qu’entendons-nous par refus de la survie et quel sont les critères de survie ?
Aux plaisirs de vous lire.
Samuel
L'amitié rehausse les joies, glorifie les triomphes de la vie et la fidélité est un trésor de l'âme.
www.urantiastudygroup.org/en?c=RE
Dernière édition: il y a 1 mois, 4 semaines par samuel.

Re: Personnalité & Moralité il y a 1 mois, 4 semaines #4520

  • samuel
  • Hors ligne
  • Platinum Boarder
  • "Cherche et tu trouveras"
  • Message: 601
  • Karma: 1
Les passages du LU qui peuvent en partie clarifier cela se trouvent dans le fascicule 16 : 6, 7 et 8, page 191 à 195.
Amitiés.
Samuel
L'amitié rehausse les joies, glorifie les triomphes de la vie et la fidélité est un trésor de l'âme.
www.urantiastudygroup.org/en?c=RE

Re: Personnalité & Moralité il y a 1 mois, 3 semaines #4531

  • Le Coeur
  • Hors ligne
  • Platinum Boarder
  • Message: 361
  • Karma: 2
Samuel écrit:
qu’entendons-nous par refus de la survie

Cette problématique est souvent abordée. Le fascicule 112, auquel se rapporte le présent sujet, évoque cette éventualité, mais sans en apporter les raisons :

112:5.2 la personnalité atteindra une destinée de Déité, mais l’homme doit choisir s’il sera présent ou non à l’aboutissement de cette destinée.

112:5.5 C’est ce pouvoir de choix lui-même, cette marque distinctive universelle des créatures douées de libre arbitre, qui constitue la plus grande chance de l’homme et sa suprême responsabilité cosmique.

112:3.1 il y a en réalité trois espèces de morts : 1.La mort spirituelle (de l’âme). Si un mortel rejette la survie et quand il l’a rejetée définitivement


La personnalité, un des concepts fondamentaux du L.U., a ceci de particulier qu'elle est un attribut essentiel des créatures évolutionnaires et même la raison de leur existence, mais qu'elle fonctionne pourtant indépendamment de ces créatures, puisqu'elle peut, finalement, leur survivre. Cela peut sembler d'autant plus étonnant que la notion de personnalité est liée à celle d'individualité, et que c'est la personnalité qui rend chaque créature unique, au point d'en fonder l'identité, alors même que la destinée de la personnalité au sein de l'Être Suprème, tracée dès l'origine, n'a pas besoin de l'individu pour s'accomplir :

112:5.1 Dire qu’un être est personnel, c’est reconnaître l’individuation relative d’un tel être, à l’intérieur de l’organisme cosmique.

112:0.12 La personnalité est unique, absolument unique (…) elle est unique lorsqu’elle est conférée — il n’en existe pas de copies ; elle est unique à tout moment de l’existence ; elle est unique par rapport à Dieu

112:0.7 Alors qu’elle est dépourvue d’identité, la personnalité peut unifier l’identité de tout système énergétique vivant.

112:5.2 À défaut de choix positif, la personnalité atteint directement la Déité expérientielle en devenant une partie de l’Être Suprême. Le cycle est préordonné, mais la participation de l’homme à ce cycle est optionnelle, personnelle et expérientielle.

Une personnalité unique est donc attribuée à chacun de nous, pour nous conduire à un accomplissement unique. Et pourtant notre personnalité peut nous survivre. Ceci parce que nous pouvons renoncer à l'éternité, alors que la personnalité, elle, est éternelle :

112:5.2 Ce qui vient du Père est éternel comme le Père, et ceci est tout aussi vrai pour la personnalité, que Dieu donne en vertu de son libre arbitre, que pour le divin Ajusteur de Pensée, fragment actuel de Dieu. La personnalité de l’homme est éternelle

C'est donc en raison de son origine divine et de son rôle fondamental dans le plan divin, que la personnalité est dotée par nature de sens moral, et de cette propension, évoquée dans le passage qui suscite aujourd'hui nos interrogations, à faire en toute circonstance le juste choix :

112:0.11 Elle [la personnalité] est caractérisée par la moralité – la conscience de la relativité des relations avec d’autres personnes. Elle discerne des niveaux de conduite et fait parmi eux un choix judicieux.

Cette faculté de discrimination de la personnalité est d'ailleurs, comme l'indique Samuel, détaillée davantage dans le fascicule 16, aux chapitres 7 et 8.

On peut alors se demander ce qui pousse les humains, doté de cet attribut divin qu'est la personnalité, à renoncer si souvent à faire appel à ses capacités naturelles de discernement.

La raison est sans doute à chercher dans notre nature évolutionnaire, qui plonge ses racines dans la bestialité. Le parcours de l'être humain est finalement un incessant combat entre son animalité et sa divinité.

Si c'est l'animal en lui qui gagne, l'humain perd alors de vue sa vocation divine, et sa destiné éternelle perd tout sens à ses yeux. Ne sachant plus pourquoi il existe, l'homme ne peut envisager l'éternité que comme un vide vertigineux. Si rien ne vient corriger cette trajectoire mentale, la perspective de l'éternité finit par être perçue comme une horreur sans nom, et l'âme, alors, n'aspire plus qu'au grand sommeil…

En fait, le problème vient de ce que l'homme ne s'identifie lui-même qu'en tant qu'être matériel. Or, cette identité n'est pas conçue pour durer :

112:5.4Les êtres humains ne possèdent d’identité que dans le sens matériel (…) Dans la perspective cosmique, les êtres humains naissent, vivent et meurent relativement en un instant ; ils ne sont pas durables.

112:5.3 L’identité du mortel est une condition transitoire de la vie temporelle dans l’univers.

Dès lors, si l'individu s'est trop exclusivement fondé sur ces bases éphémères, il ne peut, lorsqu'il envisage l'éternité, que s'y projeter selon les mêmes schémas inconsistants. Les espérances qu'il nourrit alors ne peuvent être qu'illusoires, et finissent bientôt par s'engloutir d'elles-mêmes dans leur propre vacuité.

Vient alors le désespoir, et le renoncement…


GPMauroy écrit:
les cas de refus de survie et de péchés ne seraient-ils pas les résultantes d'un excès de violence par rapport à la capacité de la Personnalité à les gérer?

Sur notre planète, l'humanité, nous dit le L.U., est issue des primates les plus agressifs (62:2.6, 62:3.8) et cette violence s'est poursuivie chez nos ancêtres préhumains puis chez les premiers hommes (63:4.8, 64:3.5, 64:4.12, 64:5.1). Le Livre souligne par ailleurs notre constante inclination à la dégénérescence (64:1.7, 64:1.8, 64:4.11).

Nous avons donc une lourde hérédité à combattre. Mais paradoxalement, c'est cette agressivité, si dévastatrice, qui a concouru finalement à redresser le niveau de notre espèce.

Ceci illustre la nécessité dans laquelle nous-sommes d'éviter, dans l'éducation, deux écueils : l'excès d'autorité et le laxisme.

La difficulté, sans doute, c'est que nous sommes tous des cas particuliers. Dans une même famille, une éducation brutale pourra inhiber un enfant à vie, tandis qu'elle activera à l'inverse chez un frère un dynamisme complètement asocial, et qu'elle remettra efficacement un troisième sur le droit chemin.

Dans ce domaine comme dans beaucoup d'autres, rester simple est une grande vertu, mais être simpliste un grave danger… On sait, par exemple, que l'ignorance peut conduire l'homme à sa perte, mais elle peut aussi préserver l'innocence. Tandis que la surinformation peut nous égarer gravement, mais aussi fortifier notre esprit.

Face à l'éducation subie, la différence, finalement, c'est à chacun de nous de la faire…
Dernière édition: il y a 1 mois, 3 semaines par Le Coeur. Raison: orthographe et style
Cet utilisateur a été remercié pour son message par: Dominikos

Re: Personnalité & Moralité il y a 1 mois, 3 semaines #4532

  • Dominikos
  • Hors ligne
  • Gold Boarder
  • Message: 279
  • Karma: 3
Bonjour à tous,

Le concept de Personnalité est assez fascinant.

Il semble qu’il y ait une impossibilité à cerner cet attribut.

A chaque fois que j’ai assisté à des échanges en groupe d’étude sur ce sujet je trouvais que les lecteurs finissaient toujours par parler de leur individualité (traits de caractères), en général sans toujours s’en rendre compte.

C’est un peu comme essayer de définir ce qui peut permettre à notre individu d’être libre dans nos choix.

On peut croire que nous sommes libres dans nos choix, mais en fait personne ne peut prétendre faire toujours des choix en toute liberté (hors conditionnement). Mais chacun doit tenter de le faire .

La Personnalité m’apparaît alors ici comme un don, comme un don musical ou autre (mais non héréditaire).

Nous pouvons développer ce don ou non (c’est un potentiel) mais personne ne peut cerner ce don. On peut en voir les effets (l’autre peut en voir les effets).

Un concept que j’ai trouvé le plus proche de la Personnalité est celui de Moi réel, opposé au Moi superficiel des soufis.

En fin de compte chacun doit vivre avec ce mystère, et tenter d’en faire l’expérience.
Dernière édition: il y a 1 mois, 3 semaines par Dominikos.

Re: Personnalité & Moralité il y a 1 mois, 3 semaines #4533

  • samuel
  • Hors ligne
  • Platinum Boarder
  • "Cherche et tu trouveras"
  • Message: 601
  • Karma: 1
Salut dominikos,
Voici le partage que j’ai fait il à quelque jours sur l’école Internet ubis Urantia.


Salut vous toutes et tous,
Je vous partage le résumé de mon humble parcours dans l’identification de ma personnalité.
Ça peut paraître assez simpliste, mais pour moi, c’est très vivant.
J’ai un corps ; qui est celui qui dit, j’ai ?
J’ai un intellect ; qui est celui qui dit, j’ai ?
J’ai des pensées, des émotions, des sentiments… etc. ; qui est celui qui dit, j’ai ?
Nous avons une identité, un nom, un prénom, des traits de caractère, des caractéristiques physiques identifiables, un métier… etc.
Pourtant, si je suis poissonnier aujourd’hui, je peux être boulanger demain et celui qui dit « Je » n’a fondamentalement pas changé.
Si je m’appelle Heïne Samuel aujourd’hui, je peux m’appeler Dupont Marcel demain et celui qui dit « je » n’a fondamentalement pas changé.
Je peux jouer une multitude de rôles dans ma vie ; aller chercher du pain, faire du ski, être joyeux ou en colère, etc. ; pourtant, «je » reste profondément et fondamentalement le même.
J’ai été jeune physiquement et je suis devenu vieux ; pourtant, «je » reste profondément et fondamentalement le même.
Si par accident, je perds mes jambes et mes bras ; malgré un handicap évident dans l’efficacité de ma vie physique, « je » reste profondément et fondamentalement le même.
C’est dans ces périodes de profondes réflexions, méditations et de communion d’adoration que je crois avoir perçu ma personnalité.
Je perçois ma personnalité comme un « diapason », un son de référence, une fréquence unique pour chacun et chacune, c’est elle qui nous différencie essentiellement et qui donne la tonalité de la totalité de ce que nous sommes.
Quant à mon Moniteur Divin je le perçois plutôt comme une « intuition de réajustement », c’est le contre-balancier qui régularise et m’amène indéfiniment par réajustement à de nouveaux rééquilibrages entre l’expérience de la vie et ce que je suis essentiellement.
C’est aussi un peu simpliste, mais c’est en cela que je ressens la construction croissante de mon âme, c'est une autre prise de conscience en perpétuelle croissance.
En esprit de partages et d'amitiés.
Samuel
L'amitié rehausse les joies, glorifie les triomphes de la vie et la fidélité est un trésor de l'âme.
www.urantiastudygroup.org/en?c=RE
Temps de génération de la page: 0.52 secondes